PROJET DE RECHERCHE CHAIGNON VAN DE VEN (prcv) http://www.prcv.eu/ fr 1997-001 EPITAPHIER DU VIEUX BRUXELLES http://www.prcv.eu/spip.php?article186 <p><strong>cote PRCV : 1997-001</strong> <br /><strong>S.a</strong>. <i> <strong>Epitaphier du Vieux Bruxelles</strong> </i>. <strong>s.l. (Bruxelles), Editions SCGB, 1997, pages voir tableau</strong></p> <p><strong>commentaires sur le document</strong> <br />Ce document reprend sous forme de tableaux les éléments qui concernent notre recherche. Je n'ai trouvé ni La Chapelle,ni (de) Chaignon, ni Van de Ven et surtout je n'ai pas trouvé Brocco de/du Sozay/Sausez mais le document 1726-001 dit : « Ledit lieutenant Colonel Broco du Sozay est enterré en cette ville dans l'église cathédrale de Sainte Gudulle dans le tombeau de la famille du Baron de Nicolas …. » ce qui confirme l'absence de son nom à l'épitaphier. Il reste à tenter d'identifier le nom de ce baron Nicolas …à partir de l'épitaphier.</p> <p><strong>transcription</strong></p> <table class="spip"> <thead><tr class='row_first'><th scope='col'>titres</th><th scope='col'>informations</th><th scope='col'>commentaires</th></tr></thead> <tbody> <tr class='row_even'> <td>Nom</td> <td>HEYMANS</td> <td>De quel Heymans s'agit-il ?</td></tr> <tr class='row_odd'> <td>Page</td> <td>35</td> <td></td></tr> <tr class='row_even'> <td>Lieu</td> <td>Eglise des Dominicains</td> <td></td></tr> <tr class='row_odd'> <td>Date jour</td> <td></td> <td></td></tr> <tr class='row_even'> <td>Date mois</td> <td></td> <td></td></tr> <tr class='row_odd'> <td>Date année</td> <td></td> <td></td></tr> <tr class='row_even'> <td>Date jour 1</td> <td></td> <td></td></tr> <tr class='row_odd'> <td>Date mois 1</td> <td></td> <td></td></tr> <tr class='row_even'> <td>Date année 1</td> <td></td> <td></td></tr> <tr class='row_odd'> <td>Héraldique</td> <td>A</td> <td></td></tr> <tr class='row_even'> <td>Prénom</td> <td></td> <td></td></tr> <tr class='row_odd'> <td>Particule</td> <td></td> <td></td></tr> <tr class='row_even'> <td>Monument funéraire</td> <td>Pierre tombale</td> <td></td></tr> <tr class='row_odd'> <td>Dispositions</td> <td>L</td> <td>Sans doute pierre tombale enlongueur</td></tr> <tr class='row_even'> <td>Auteur de la fiche</td> <td>JAM</td> <td> ?</td></tr> <tr class='row_odd'> <td>Référence [<a href='#nb1' class='spip_note' rel='footnote' title='(PW 20/10/04) La référence G est à découvrir. La référence ART est connue : Père (...)' id='nh1'>1</a>]. </td> <td>G 1566 11</td> <td>Référence à vérifier [<a href='#nb2' class='spip_note' rel='footnote' title='Voir commentaires' id='nh2'>2</a>]</td></tr> </tbody> </table> <table class="spip"> <thead><tr class='row_first'><th scope='col'>titres</th><th scope='col'>informations</th><th scope='col'>commentaires</th></tr></thead> <tbody> <tr class='row_even'> <td>Nom</td> <td>STOCMANS</td> <td>De quel Stockmans s'agit-il ?</td></tr> <tr class='row_odd'> <td>Page</td> <td>35</td> <td></td></tr> <tr class='row_even'> <td>Lieu</td> <td>Eglise des Dominicains</td> <td></td></tr> <tr class='row_odd'> <td>Date jour</td> <td></td> <td></td></tr> <tr class='row_even'> <td>Date mois</td> <td></td> <td></td></tr> <tr class='row_odd'> <td>Date année</td> <td></td> <td></td></tr> <tr class='row_even'> <td>Date jour 1</td> <td></td> <td></td></tr> <tr class='row_odd'> <td>Date mois 1</td> <td></td> <td></td></tr> <tr class='row_even'> <td>Date année 1</td> <td></td> <td></td></tr> <tr class='row_odd'> <td>Héraldique</td> <td>A</td> <td></td></tr> <tr class='row_even'> <td>Prénom</td> <td></td> <td></td></tr> <tr class='row_odd'> <td>Particule</td> <td></td> <td></td></tr> <tr class='row_even'> <td>Monument funéraire</td> <td>Pierre tombale</td> <td></td></tr> <tr class='row_odd'> <td>Dispositions</td> <td>L</td> <td>Sans doute pierre tombale enlongueur</td></tr> <tr class='row_even'> <td>Auteur de la fiche</td> <td>JAM</td> <td> ?</td></tr> <tr class='row_odd'> <td>Référence</td> <td>G 1566 11</td> <td>Référence à vérifier</td></tr> </tbody> </table> <table class="spip"> <thead><tr class='row_first'><th scope='col'>titres</th><th scope='col'>informations</th><th scope='col'>commentaires</th></tr></thead> <tbody> <tr class='row_even'> <td>Nom</td> <td><a href="http://prcv.eu/spip.php?breve32" class='spip_in'>STOCKMANS</a></td> <td>Il s'agit du grand-père d'ICV</td></tr> <tr class='row_odd'> <td>Page</td> <td>43</td> <td></td></tr> <tr class='row_even'> <td>Lieu</td> <td>Eglise des Dominicains</td> <td></td></tr> <tr class='row_odd'> <td>Date jour</td> <td>7</td> <td></td></tr> <tr class='row_even'> <td>Date mois</td> <td>5</td> <td></td></tr> <tr class='row_odd'> <td>Date année</td> <td>1671</td> <td>Cette date correspond à ladate du décès</td></tr> <tr class='row_even'> <td>Date jour 1</td> <td>7</td> <td></td></tr> <tr class='row_odd'> <td>Date mois 1</td> <td>5</td> <td></td></tr> <tr class='row_even'> <td>Date année 1</td> <td>1671</td> <td></td></tr> <tr class='row_odd'> <td>Héraldique</td> <td></td> <td></td></tr> <tr class='row_even'> <td>Prénom</td> <td>Petrus</td> <td></td></tr> <tr class='row_odd'> <td>Particule</td> <td></td> <td></td></tr> <tr class='row_even'> <td>Monument funéraire</td> <td>Pierre tombale</td> <td></td></tr> <tr class='row_odd'> <td>Dispositions</td> <td>L</td> <td>Sans doute pierre tombale enlongueur</td></tr> <tr class='row_even'> <td>Auteur de la fiche</td> <td>JL</td> <td> ?</td></tr> <tr class='row_odd'> <td>Référence</td> <td>Arts p. 349 + G. 1567 / 132-3</td> <td>Références à vérifier</td></tr> </tbody> </table> <table class="spip"> <thead><tr class='row_first'><th scope='col'>titres</th><th scope='col'>informations</th><th scope='col'>commentaires</th></tr></thead> <tbody> <tr class='row_even'> <td>Nom</td> <td><a href="http://prcv.eu/spip.php?breve169" class='spip_in'>SCHORENBROOT ép.STOCKMANS</a></td> <td>Il s'agit de la grand mèred'Ida Cornélia</td></tr> <tr class='row_odd'> <td>Page</td> <td>44</td> <td></td></tr> <tr class='row_even'> <td>Lieu</td> <td>Eglise des Dominicains</td> <td></td></tr> <tr class='row_odd'> <td>Date jour</td> <td>7</td> <td></td></tr> <tr class='row_even'> <td>Date mois</td> <td>5</td> <td></td></tr> <tr class='row_odd'> <td>Date année</td> <td>1671</td> <td></td></tr> <tr class='row_even'> <td>Date jour 1</td> <td>4</td> <td></td></tr> <tr class='row_odd'> <td>Date mois 1</td> <td>1</td> <td></td></tr> <tr class='row_even'> <td>Date année 1</td> <td>1654</td> <td>Il s'agit bien de la date deson décès</td></tr> <tr class='row_odd'> <td>Héraldique</td> <td></td> <td></td></tr> <tr class='row_even'> <td>Prénom</td> <td>Anna Maria</td> <td></td></tr> <tr class='row_odd'> <td>Particule</td> <td>Van</td> <td></td></tr> <tr class='row_even'> <td>Monument funéraire</td> <td>Pierre tombale</td> <td></td></tr> <tr class='row_odd'> <td>Dispositions</td> <td>L</td> <td>Sans doute pierre tombale enlongueur</td></tr> <tr class='row_even'> <td>Auteur de la fiche</td> <td>JL</td> <td> ?</td></tr> <tr class='row_odd'> <td>Référence</td> <td>ARTS p. 343 + G 1567 / 132 - 3</td> <td>Références à vérifier</td></tr> </tbody> </table> <table class="spip"> <thead><tr class='row_first'><th scope='col'>titres</th><th scope='col'>informations</th><th scope='col'>commentaires</th></tr></thead> <tbody> <tr class='row_even'> <td>Nom</td> <td>HEYMANS</td> <td>De quel Heymans s'agit-il ?</td></tr> <tr class='row_odd'> <td>Page</td> <td>44</td> <td></td></tr> <tr class='row_even'> <td>Lieu</td> <td>Eglise des Dominicains</td> <td></td></tr> <tr class='row_odd'> <td>Date jour</td> <td></td> <td></td></tr> <tr class='row_even'> <td>Date mois</td> <td></td> <td></td></tr> <tr class='row_odd'> <td>Date année</td> <td>17—</td> <td></td></tr> <tr class='row_even'> <td>Date jour 1</td> <td></td> <td></td></tr> <tr class='row_odd'> <td>Date mois 1</td> <td></td> <td></td></tr> <tr class='row_even'> <td>Date année 1</td> <td></td> <td></td></tr> <tr class='row_odd'> <td>Héraldique</td> <td>A</td> <td></td></tr> <tr class='row_even'> <td>Prénom</td> <td></td> <td></td></tr> <tr class='row_odd'> <td>Particule</td> <td></td> <td></td></tr> <tr class='row_even'> <td>Monument funéraire</td> <td>Pierre tombale</td> <td></td></tr> <tr class='row_odd'> <td>Dispositions</td> <td>L</td> <td>Sans doute pierre tombale enlongueur</td></tr> <tr class='row_even'> <td>Auteur de la fiche</td> <td>JL</td> <td> ?</td></tr> <tr class='row_odd'> <td>Référence</td> <td>MAE 221 f° 30 v + ARTS p. 358</td> <td>Références à vérifier</td></tr> </tbody> </table> <table class="spip"> <thead><tr class='row_first'><th scope='col'>titres</th><th scope='col'>informations</th><th scope='col'>commentaires</th></tr></thead> <tbody> <tr class='row_even'> <td>Nom</td> <td>STOCKMANS ép HEYMANS</td> <td>Il s'agit de l'épouse du précédent</td></tr> <tr class='row_odd'> <td>Page</td> <td>44</td> <td></td></tr> <tr class='row_even'> <td>Lieu</td> <td>Eglise des Dominicains</td> <td></td></tr> <tr class='row_odd'> <td>Date jour</td> <td></td> <td></td></tr> <tr class='row_even'> <td>Date mois</td> <td></td> <td></td></tr> <tr class='row_odd'> <td>Date année</td> <td>17—</td> <td></td></tr> <tr class='row_even'> <td>Date jour 1</td> <td></td> <td></td></tr> <tr class='row_odd'> <td>Date mois 1</td> <td></td> <td></td></tr> <tr class='row_even'> <td>Date année 1</td> <td></td> <td></td></tr> <tr class='row_odd'> <td>Héraldique</td> <td>A</td> <td></td></tr> <tr class='row_even'> <td>Prénom</td> <td></td> <td></td></tr> <tr class='row_odd'> <td>Particule</td> <td></td> <td></td></tr> <tr class='row_even'> <td>Monument funéraire</td> <td>Pierre tombale</td> <td></td></tr> <tr class='row_odd'> <td>Dispositions</td> <td>L</td> <td>Sans doute pierre tombale enlongueur</td></tr> <tr class='row_even'> <td>Auteur de la fiche</td> <td>JL</td> <td> ?</td></tr> <tr class='row_odd'> <td>Référence</td> <td>MAE 221 f° 30 v +ARTS p. 358</td> <td>Références à vérifier</td></tr> </tbody> </table> 2010-01-05T15:17:14Z text/html fr Paul WILLOT 1922-001 EPIGRAPHE DE PIERRE STOCKMANS ET DE SON EPOUSE DANS LE CHŒUR DE L'EGLISE DES DOMINICAINS DE BRUXELLES http://www.prcv.eu/spip.php?article183 <p><strong>cote PRCV : 1922-001</strong> <br /><strong>ARTS (Père)</strong>. <i> <strong>L'ancien couvent des Dominicains à Bruxelles. Appendice V. Inscription funéraires et monumen­tales dans l'Eglise des Dominicains. Fondation dans leur Eglise</strong> </i>. <strong>Gand Mont Saint Amand, éditeur : idem, 1922, page 349.</strong></p> <p><strong>informations techniques</strong> type de support de travail : retranscription ; transcripteur : Paul WILLOT</p> <p><strong>commentaires sur le document</strong> <br />Aucun</p> <p><strong>transcription</strong></p> <p>« Avant le désastre de 1695 [<a href='#nb3' class='spip_note' rel='footnote' title='(PW) Avant le désastre de 1695. Allusion au bombardement de Bruxelles par de (...)' id='nh3'>3</a>] on trouvait sur une tombe l'épigraphe qui suit :</p> <p>« (traduction)« Ici repose le Seigneur <a href="http://prcv.eu/spip.php?breve32" class='spip_in'>Pierre Stockmans</a> Docteur en droit d'Anvers et professeur dans la célèbre académie de Louvain, ensuite conseiller au Conseil de Brabant et au Conseil privé, délégué du cercle de Bourgogne à la Diète de Ratisbonne, et responsable suprême de la justice militaire. Il décéda à Bruxelles le 7 mai 1671 à l'âge de 63 ans ».</p> <p>Cette épitaphe fut détruite en 1695 avec d'autres, mais les héritiers ont fait poser à la même place [<a href='#nb4' class='spip_note' rel='footnote' title='(PW) Emplacement. Selon le contexte, cette tombe était dans le (...)' id='nh4'>4</a>] celle-ci :</p> <p>« (traduction) Le très grand Seigneur Pierre Stockmans Docteur dans les deux droits, Préposé aux archives du Brabant et conseiller de son Conseil suprême, ensuite préfet suprême de la justice militaire [<a href='#nb5' class='spip_note' rel='footnote' title='(PhC mardi 29 décembre 2009) Il y aurait intérêt, pour trouver la (...)' id='nh5'>5</a>] la plus sacrée (inviolable), envoyé de Sa Majesté, au nom du cercle de Bourgogne, à la Diète d'Empire, qui ne connaissait rien de plus doux que de conduire sa vie tranquillement parmi les transactions et autres écrits produits pour entretenir durablement les droits de Sa Majesté. Il décéda le 7 mai 1671 à l'âge de 63 ans et Dame <a href="http://prcv.eu/spip.php?breve169" class='spip_in'>Anna Maria Van Schorenbroot</a>, son épouse, décéda avant lui, le 4 janvier 1654 à l'âge de 36 ans. Nous prions D.O.M. D.V.M. et S.S. [<a href='#nb6' class='spip_note' rel='footnote' title='(PhC mardi 29 décembre 2009) Notre Seigneur, Notre Dame et tous les (...)' id='nh6'>6</a>] pour qu'ils jouissent du repos éternel. » [<a href='#nb7' class='spip_note' rel='footnote' title='(PW) Ida Cornelia Van de Ven : le nom de la petite fille de Pierre (...)' id='nh7'>7</a>]</p> 2009-12-29T16:23:19Z text/html fr Paul WILLOT 1970-001 ARTICLE SUR « STOCKMANS PETRUS » DANS NATIONAAL BIOGRAFISCH WOORDENBOECK http://www.prcv.eu/spip.php?article185 <p><strong>cote PRCV : 1970-001</strong> <br /><strong>CEYSSENS (L. ofm)</strong>. <i> <strong>Stockmans Petrus</strong> </i>. <strong>Brussel, Nationaal Biografisch Woordenboeck (NBW), 1970, Kol. : 789-795</strong></p> <p><strong>informations techniques</strong> <br />type de support de travail : photographie numérique du document ; transcripteur : le texte en néerlan­dais est en annexe ; traducteurs : Sophie et Gilbert THEYS ; date des travaux : lundi 15 mai 2006.</p> <p><strong>commentaires sur le document</strong> <br />Article sur Pierre Stockmans dans le Dictionnaire Biographique National.</p> <p><strong>traduction</strong></p> <p>CEYSSENS (L., ofm). <strong><a href="http://prcv.eu/spip.php?breve32" class='spip_in'>STOCKMANS Petrus</a></strong>. Nationaal Biografisch Wordenboeck (traduction : Dictionnaire Biographique National) (NBW), 4, Brussel, 1970, kol. 789-795, traduit du néerlandais par Sophie et Gilbert Theijs.</p> <p>STOCKMANS Pierre [<a href='#nb8' class='spip_note' rel='footnote' title='(PW lundi 8 mai 2006) Pierre Stockmans, grand-père maternel d'Ida Cornélia (...)' id='nh8'>8</a>], jurisconsulte et fonctionnaire supérieur.</p> <p>Né à Anvers (B) le 3 sep. 1608 ; décédé à Bruxelles (B) le 7 mai 1671. Son père <a href="http://prcv.eu/spip.php?breve31" class='spip_in'>Henri</a> [<a href='#nb9' class='spip_note' rel='footnote' title='(PW lundi 8 mai 2006) Selon l'arbre généalogique des Chaignon, Henri Stockmans (...)' id='nh9'>9</a>] fut directeur de la brasserie « Le Cygne » [<a href='#nb10' class='spip_note' rel='footnote' title='(PW lundi 8 mai 2006) La généalogie des Chaignon mentionne « La Toison d'Or (...)' id='nh10'>10</a>] ; également architecte de la ville [<a href='#nb11' class='spip_note' rel='footnote' title='(PW lundi 8 mai 2006) Même mention dans la généalogie des Chaignon.' id='nh11'>11</a>] et superintendant des œuvres de défense de la ville [<a href='#nb12' class='spip_note' rel='footnote' title='(PW lundi 8 mai 2006) Même mention dans la généalogie des Chaignon. (PhC 14 (...)' id='nh12'>12</a>]. Sa mère <a href="http://prcv.eu/spip.php?breve26" class='spip_in'>Cornélia</a> [<a href='#nb13' class='spip_note' rel='footnote' title='(PW lundi 8 mai 2006) Cornélia KNIJFF, mariée selon la généalogie Chaignon, le (...)' id='nh13'>13</a>] fut une des trois filles du brasseur [<a href='#nb14' class='spip_note' rel='footnote' title='(PW lundi 8 mai 2006) Pierre Stockmans est donc bien issu de familles de (...)' id='nh14'>14</a>] <a href="http://prcv.eu/spip.php?breve309" class='spip_in'>Jean Knijff</a> [<a href='#nb15' class='spip_note' rel='footnote' title='(PW lundi 8 mai 2006) Selon la généalogie des Chaignon, décédé à Anvers le 26 (...)' id='nh15'>15</a>]. Ce fut elle qui par sa dot sauva la brasserie « Le Cygne » du déclin dans les circonstances pénibles de ce temps. Il fut le troisième des huit enfants [<a href='#nb16' class='spip_note' rel='footnote' title='(PW lundi 8 mai 2006) Nous en connaissons 5 : Pierre, Jean, François, (...)' id='nh16'>16</a>], parmi lesquels méritent d'être nommés le cinquième <a href="http://prcv.eu/spip.php?breve30" class='spip_in'>Jean</a> [<a href='#nb17' class='spip_note' rel='footnote' title='(PW lundi 8 mai 2006) Avocat anversois, marié à Madeleine Van Wels, marraine (...)' id='nh17'>17</a>], avocat à Anvers et l'avant-dernier <a href="http://prcv.eu/spip.php?breve33" class='spip_in'>Sébastien</a> [<a href='#nb18' class='spip_note' rel='footnote' title='(PW lundi 8 mai 2006) Sébastien Stockmans, parrain de Marie Claire (...)' id='nh18'>18</a>], professeur (de théologie) à Louvain (B) et président du <a href="http://prcv.eu/spip.php?article33" class='spip_in'>Collège du Pape</a> (+ 1650). Marié le 6 février 1638 à <a href="http://prcv.eu/spip.php?breve169" class='spip_in'>Anne Marie Schorebroot</a> [<a href='#nb19' class='spip_note' rel='footnote' title='(PW lundi 8 mai 2006) Baptisée à Louvain, paroisse Saint Michel, le 16 (...)' id='nh19'>19</a>] ( 4 janvier 1654 [<a href='#nb20' class='spip_note' rel='footnote' title='(PW lundi 8 mai 2006) Décédée à Bruxelles. Acte de sépulture du 5 janvier et (...)' id='nh20'>20</a>]), riche et unique [<a href='#nb21' class='spip_note' rel='footnote' title='(GT 24 février 2006) fille unique ? enfant unique ? à vérifier (...)' id='nh21'>21</a>] fille de <a href="http://prcv.eu/spip.php?breve181" class='spip_in'>Jean Schorebroot</a> [<a href='#nb22' class='spip_note' rel='footnote' title='(PW lundi 8 mai 2006) Jean Schorebroot.' id='nh22'>22</a>], pensionnaire [<a href='#nb23' class='spip_note' rel='footnote' title='(GT 24 février 2006) interne ou externe ? à vérifier !' id='nh23'>23</a>] de la ville de Louvain. Par ce mariage il devint seigneur de Lathuy et de Piétrebais ; il eut quatre filles (<a href="http://prcv.eu/spip.php?breve103" class='spip_in'>Marie Claire</a> [<a href='#nb24' class='spip_note' rel='footnote' title='(PW lundi 8 mai 2006) Marie Claire Stockmans qui épouse Jacque Van de (...)' id='nh24'>24</a>], <a href="http://prcv.eu/spip.php?breve115" class='spip_in'>Suzanne Thérèse</a> [<a href='#nb25' class='spip_note' rel='footnote' title='(PW lundi 8 mai 2006) Suzanne Thérèse Stockmans qui épouse Jean François Van (...)' id='nh25'>25</a>], <a href="http://prcv.eu/spip.php?breve120" class='spip_in'>Jeanne Marie</a> [<a href='#nb26' class='spip_note' rel='footnote' title='(PW lundi 8 mai 2006) Jeanne Marie Stockmans qui épouse Ignace (...)' id='nh26'>26</a>] et <a href="http://prcv.eu/spip.php?breve207" class='spip_in'>Isabelle Cornélie</a> [<a href='#nb27' class='spip_note' rel='footnote' title='(PW lundi 8 mai 2006) Baptisée sous le nom de Elisabeth Cornélie mais (...)' id='nh27'>27</a>]) et un fils (<a href="http://prcv.eu/spip.php?breve265" class='spip_in'>Pierre Joseph</a> [<a href='#nb28' class='spip_note' rel='footnote' title='(PW lundi 8 mai 2006) Pierre Joseph François Stockmans, né à Bruxelles.' id='nh28'>28</a>]) qui mourut en bas âge [<a href='#nb29' class='spip_note' rel='footnote' title='(PW lundi 8 mai 2006) Pas trouvé l'acte de sépulture.' id='nh29'>29</a>].</p> <p>Stockmans fit ses études supérieures à Louvain (B). Il fut étudiant de la pédagogie « <a href="http://prcv.eu/spip.php?article33" class='spip_in'>Le Faucon</a> » et y fut proclamé premier-es-arts en 1626 [<a href='#nb30' class='spip_note' rel='footnote' title='(GT 24 février 2006) premier-es-arts : vérifier !' id='nh30'>30</a>]. Après quoi il étudia le droit et fut bientôt doyen du baccalauréat [<a href='#nb31' class='spip_note' rel='footnote' title='(GT 24 février 2006) connais pas ! (PhC mercredi 23 décembre 2009) le mot (...)' id='nh31'>31</a>], ce qui prouve son succès auprès des étudiants. Entre-temps, Stockmans fut tonsuré le 31 mai 1630 par Jean Malderus, évêque d'Anvers, et obtint un canonicat à la cathédrale d'Ypres, une prébende [<a href='#nb32' class='spip_note' rel='footnote' title='(GT 24 février 2006) quid ? (PhC mercredi 23 décembre 2009) la prébende est (...)' id='nh32'>32</a>] qu'il conserva jusque peu avant la mort de Corneille Jansénius, évêque de cette même ville.</p> <p>Le 19 janvier 1632 il obtint le grade de docteur dans les deux droits. Humaniste de nature, épris des [(GT) auteurs] classiques il fut désigné encore le même jour comme professeur de grec au <a href="http://prcv.eu/spip.php?article33" class='spip_in'>Collège des Trois Langues</a>, une fonction qu'il conserva aussi longtemps qu'il resta à Louvain. En même temps [<a href='#nb33' class='spip_note' rel='footnote' title='(GT 24 février 2006) En même temps : ne faudrait-il pas mieux écrire « peu (...)' id='nh33'>33</a>], il obtint le 7 novembre 1633 une chaire à la faculté de droit.</p> <p>A Louvain il se fit des amis pour la vie, entre autres Libert Froidmont, un théologien teinté d'humanisme, plus tard janséniste, et probablement aussi Corneille Jansenius, qui en 1636 devint évêque d'Ypres. Lorsque, après la mort de celui-ci et la parution de son livre, la bataille anti-janséniste débuta, Stockmans fut aux cotés de son évêque antérieur. Il écrivit un opuscule anonyme, dont l'authenticité ne fait aucun doute : « Somnium Hipponense, sive de controversiis theologicis modernis Augustini iudicium, relatore Philetymo S.T. Baccal. Formato [<a href='#nb34' class='spip_note' rel='footnote' title='(PW vendredi 12 mai 2006) traduction : « Songe à Hippone, ou arbitrage (...)' id='nh34'>34</a>] » (Paris, Mathieu Guillemot, 1641, 14 pp.). De cette œuvre parut peu après une édition augmentée « Conventus Africanus, sive disceptatio iudicialis apud tribunal praesulis Augustini, inter veteris et novitiae theologiae patronos, enarratore Artemido Oneicritico [<a href='#nb35' class='spip_note' rel='footnote' title='(PW vendredi 12 mai 2006) traduction : Colloque africain, ou discussion (...)' id='nh35'>35</a>] » (Rouen, Nicolas de Montaigne, 1641). De façon ludique, en latin érasmien, Stockmans fait comparaître les confrontants à Hippon devant Augustin pour arbitrer leur cause. Les deux ouvrages furent condamnés à Rome. La période louvaniste prit fin le 27 mars 1643 lorsque Stockmans fut nommé conseiller au Conseil Souverain de Brabant [<a href='#nb36' class='spip_note' rel='footnote' title='(GT 24 février 2006) Le plus haut organe judiciaire des Etats de Brabant. (...)' id='nh36'>36</a>] et fut spécialement chargé de la censure des livres. Il resta toujours l'aide fidèle des Louvanistes et de leurs cercles d'amis, parmi lesquels il convient de mentionner l'archevêque Jacques Boonen [<a href='#nb37' class='spip_note' rel='footnote' title='(PW vendredi 12 mai 2006) Jacques Boonen, archevêque de Malines.' id='nh37'>37</a>] et son vicaire général Henri Calenus ainsi que les (pères) Augustins Chrétien Lupus et Jean Rivius.</p> <p>Pendant les années 1648-1653, Stockmans fut envoyé maintes fois à La Haye au nom du gouvernement pour qu'il y fasse un arrangement au sujet des territoires d'Outre-Meuse, dans le cadre de la Paix de Munster. Il y eut à faire à l'intransigeance de ses partenaires, et ce fut contre son gré qu'il fut désigné en 1652 comme un des huit juges qui à Malines (B) auraient à siéger en « Chambre mi-partie » [<a href='#nb38' class='spip_note' rel='footnote' title='(GT 24 février 2006) A expliquer éventuellement. (PhC mercredi 23 décembre (...)' id='nh38'>38</a>].</p> <p>Pendant les années 1650-1653, Stockmans montra son attachement particulier à <a href="http://prcv.eu/spip.php?breve266" class='spip_in'>Pierre Roose</a> [<a href='#nb39' class='spip_note' rel='footnote' title='(PW vendredi 12 mai 2006) Pierre ROOSE, juriste.' id='nh39'>39</a>] d'Anvers, depuis 1632 chef-président [<a href='#nb40' class='spip_note' rel='footnote' title='(GT 24 février 2006) du Conseil Privé' id='nh40'>40</a>], qui était tombé en disgrâce et qui en 1649 fut convoqué à Madrid. Stockmans resta son fidèle correspondant. Ses 24 lettres conservées et publiées sont très instructives pour les circonstances de l'époque, pour la politique et sur son caractère à lui. Comme un stoïcien il se trouve au dessus des chicaneries humaines, il cherche la consolation dans ses livres et il s'amuse du jeu des passions autour de lui.</p> <p>Ces mêmes années il prit, comme juriste régalien [<a href='#nb41' class='spip_note' rel='footnote' title='(GT 24 février 2006) quid ? (PhC mercredi 23 décembre 2009)J'ignore ce que (...)' id='nh41'>41</a>], également la défense d'Antoine Triest, évêque de Gand (B), et de Jacques Boonen, archevêque de Malines (B), qui comme victimes des agitations anti-jansénistes, furent frappés de sanctions canoniques et convoqués à Rome. Pour eux il écrivit deux opuscules, le « Jus Belgarum circa bullarum pontificiarum receptionem [<a href='#nb42' class='spip_note' rel='footnote' title='(PW vendredi 12 mai 2006) traduction : Le droit des Belges à propos de la (...)' id='nh42'>42</a>] » (s.l.n.d., [Gand (B), 1652], 115 pp.) et « Defensio Belgarum contra evocationes et peregrina iudicia [<a href='#nb43' class='spip_note' rel='footnote' title='(PW vendredi 12 mai 2006) traduction : Défense des Belges contre les (...)' id='nh43'>43</a>] » (s.l.n.d., [Gand (B), 1653], 97 pp.). Comme juriste régalien Stockmans défend avec une abondance de sources, le droit du souverain, alors mis en doute, de soumettre les documents pontificaux, avant leur publication, au placet [<a href='#nb44' class='spip_note' rel='footnote' title='(GT 24 février 2006) royal' id='nh44'>44</a>] ainsi que le privilège brabançon de « non evocando », selon lequel aucun Brabançon ne peut être cité en justice hors de Brabant. Ces livres, quoique interdits par Rome (1654), furent réimprimés plusieurs fois, toujours reliés ensemble.</p> <p>Stockmans entretenait les meilleures relations avec le gouverneur-général le Marquis Caracena (1659-1664). Le 12 mai 1664, il fut transféré au Conseil Privé, une organisation plutôt politique. Néanmoins, il continua comme juriste, d'entretenir des bonnes relations avec le Conseil de Brabant. Ainsi il rédigea en 1660 ensemble avec le fiscal Léon-Jean de Pape un nouveau règlement en 32 articles et il paraît qu'il a contribué avec ce même de Pape à faire choir Charles Hovyne qui avait évincé Roose comme chef-président. Quoiqu'il en soit Hovyne n'a pas épargné Stockmans dans ses écrits de défense. Enfin, avec l'intention de créer une jurisprudence fondée, Stockmans fit un choix parmi les principales sentences qui furent prononcées par cette cour pendant sa longue carrière au Conseil de Brabant. Ce furent les « Decisionum Curiae Brabantiae sesquicenturias authore clar. ac amplis. Viro D[omino] Petro Stockmans [<a href='#nb45' class='spip_note' rel='footnote' title='(PW vendredi 12 mai 2006) traduction : Un siècle et demi de décisions de la (...)' id='nh45'>45</a>] » (Bruxelles, Fr. Foppens, 1670, 308 pp.).</p> <p>Son attention se dirige vers les sujets les plus divers : le droit international, le droit public, le droit privé, toujours d'un point de vue brabançon avec ses propres coutumes et privilèges. Les sentences sont pourvues d'une ample motivation juridique.</p> <p>En 1663, Stockmans devenait encore superintendant de la justice militaire et le 25 novembre 1664, il reçut encore une tâche qui lui convenait très bien : archiviste de Brabant. Ainsi il eut accès à la Tour de Vilvorde et à la Trésorerie qui y était conservée. Il dressa un inventaire de ces documents (Bruxelles, Bibliothèque Royale, ms 13 546-47).</p> <p>Mais entre-temps, Stockmans fut envoyé, à l'intervention de Caracena, comme délégué espagnol à la Diète de Ratisbonne. Il s'agissait d'acquérir le soutien de l'empire contre le danger français toujours plus croissant. Mais la tâche fut extrêmement difficile, parce que les Pays-Bas avaient toujours été en dehors de l'union impériale et qu'il n'y avait pas d'argent pour payer les contributions à l'empire pas même pour payer les frais du délégué. Néanmoins Stockmans partit avec le savant (père) augustin et janséniste Jean Rivius comme compagnon. Trois des écrits de Stockmans présentés à Ratisbonne « Scriptum gallicum [<a href='#nb46' class='spip_note' rel='footnote' title='(PhC lundi 15 mai 2006) 'scriptum gallicum' désigne, je pense, un écrit en (...)' id='nh46'>46</a>] contra securitatem circuli Burgundici, nuper in comitiis Ratisbonensibus compositum [<a href='#nb47' class='spip_note' rel='footnote' title='(PW vendredi 12 mai 2006) traduction : Ecrit en français contra la sécurité (...)' id='nh47'>47</a>] » (36 pp), « Refutatio scripti gallici contra circuli Burgundici securitatem compositi [<a href='#nb48' class='spip_note' rel='footnote' title='(PW vendredi 12 mai 2006) traduction : Réfutation de l'écrit gaulois composé (...)' id='nh48'>48</a>] » et « Rationes exhibitae in comitiis Ratisbonensibus anno 1663 [<a href='#nb49' class='spip_note' rel='footnote' title='(PW vendredi 12 mai 2006) traduction : Raisons avancées dans les comités de (...)' id='nh49'>49</a>] » (17 pp) furent plus tard publiés comme annexe de la « Deductio » (cfr infra). Dans ces écrits Stockmans argumentait que la Bourgogne menacée par la France faisait encore partie de l'empire allemand et par conséquent elle méritait le soutien de cet empire. Ratisbonne ne fut pas un succès. La menace française devint de plus en plus grande, lorsque l'imminente succession au trône d'Espagne amena Louis XIV à faire valoir « des droits de dévolution » sur les « Pays-Bas ». Ainsi, Stockmans, comme jadis Jansénius l'avait fait dans son « Mars Gallicus », combattit ce danger par la plume. Le premier opuscule fut anonyme : « Deductio ex qua probatur clarissimis argumentis non esse jus devolutionis in ducatu Brabantiae, nec in aliis Belgii provinciis, ratione Principum earum, prout quidam conati sunt asserere [<a href='#nb50' class='spip_note' rel='footnote' title='(PW vendredi 12 mai 2006) Raisonnement à partir duquel il est prouvé par des (...)' id='nh50'>50</a>] » (Bruxelles, s.é., 1665, 24 pp). L'opuscule connut diverses réimpressions, également en néerlandais. Entraîné dans la polémique [<a href='#nb51' class='spip_note' rel='footnote' title='(PW samedi 13 mai 2006) Le texte néerlandais dit « In de polemiek verzeild, (...)' id='nh51'>51</a>], Stockmans édita une oeuvre plus grande, c'est-à-dire « Tractatus de jure devolutionis [<a href='#nb52' class='spip_note' rel='footnote' title='(PW vendredi 12 mai 2006) traduction : Traité du droit de dévolution' id='nh52'>52</a>] » (Bruxelles, 1666, 89 pp) qui connut également plusieurs éditions, aussi en traduction néerlandaise.</p> <p>Parce que l'historien français Guy Joly avait, à Paris, répondu aux écrits, Stockmans publia encore une « Pars secunda Tractatus de iure devolutionis in quo exploduntur observationes quibus eundem tractatum maculare conatus est anonymus [<a href='#nb53' class='spip_note' rel='footnote' title='(PW vendredi 12 mai 2006) traduction : Deuxième partie du Traité sur le droit (...)' id='nh53'>53</a>] » (Bruxelles, Fr. Foppens, 1668, 66 pp), à laquelle succéda encore une réfutation ultérieure, c'est-à-dire la « Pars tertia tractatus de jure devolutionis in qua novae ineptiae et errores quibus anonymus secundam partem eiusdem tractatus maculare conatus est reprimuntur et refutantur [<a href='#nb54' class='spip_note' rel='footnote' title='(PW vendredi 12 mai 2006) traduction : Troisième partie du Traité sur le (...)' id='nh54'>54</a>] ». (Bruxelles, Fr. Foppens, 1668, 173 + 4 pp). Ces seconde et troisième parties connurent également plusieurs éditions.</p> <p>Les « Opera omnia » de Stockmans furent depuis 1695 édités à maintes reprises, mais pas toujours avec le même contenu « Sommius » et « Conventus » n'y figurèrent jamais. Les lettres non plus.</p> <p>Déjà le 3 décembre 1652, Stockmans avait, ensemble avec sa femme († 1654), fait son testament. A celui-ci, il joignit le 9 mai 1668 un codicille dans lequel il stipula entre autres : « Aengaende mijn bibliothecque die ich met grote mooeijte en onkosten hebbe vergaedert, item mijne papieren en schrifte, recommandere di directie aan den Errw. Heer Proost van Mechelen [(GT)Joost] Vanderlinden [(GT)Oratoriaan van Mechelen], om daer inne te doen volgens ons bespreken [<a href='#nb55' class='spip_note' rel='footnote' title='(GT 24 février 2006) traduction : « Au sujet de ma bibliothèque que j'ai (...)' id='nh55'>55</a>] ». Le sort ultérieur de cette bibliothèque et des documents ne nous est malheureusement pas connu.</p> <p>Stockmans fut, conformément à sa devise « tranquille », un homme tranquille et spirituel, qui participait volontiers aux petites fêtes entre amis, même si par après, il devait recourir à l'eau de Spa. Ses armoiries (d'azur avec poutre transversale d'argent, accompagnées de trois croissants égaux [<a href='#nb56' class='spip_note' rel='footnote' title='(PhC lundi 15 mai 2006) La traduction de la description des armes de Pierre (...)' id='nh56'>56</a>]) ont été reprises (en ce qui concerne les croissants) d'un de ses ancêtres, <a href="http://prcv.eu/spip.php?breve310" class='spip_in'>Pierre Stockmans</a> [<a href='#nb57' class='spip_note' rel='footnote' title='(PW samedi 13 mai 2006) Pierre Stockmans de Malines, brasseur.' id='nh57'>57</a>], échevin de Malines, propriétaire de la brasserie « In de Mane [<a href='#nb58' class='spip_note' rel='footnote' title='(GT 24 février 2006) Traduction : « A la Lune ».' id='nh58'>58</a>] ».</p> <p>On peut trouver le très joli portrait de Stockmans gravé par J.B. Harrevijn entre autres dans les « Opera Omnia » et dans la « Bibliotheca Belgica » de Foppens. En 1645, son buste de la main de P.Puyenbroeck, fut placé dans le Palais de Justice à Bruxelles [<a href='#nb59' class='spip_note' rel='footnote' title='(GT 24 février 2006) Sur la façade principale du très beau Palais de Justice (...)' id='nh59'>59</a>]. Son portrait figure également sur une tapisserie (dessin de W. Geerts) et au Palais des Académies sur une peinture qui représente les Belges célèbres, de la main de Slingerneyer [<a href='#nb60' class='spip_note' rel='footnote' title='(PhC lundi 15 mai 2006) Dans l'article de Ceyssens et dans sa traduction, le (...)' id='nh60'>60</a>]. Enfin il y a encore une médaille commémorative réussie de A.C. Jouvenel [<a href='#nb61' class='spip_note' rel='footnote' title='(PW samedi 13 mai 2006) Nous avons copie de cette médaille.' id='nh61'>61</a>].</p> <p>Bibliographie</p> <p>Notices biographiques dans : V. ANDREAS, VERNULAEUS, FOPPENS, PAQUOT, ainsi que dans R. DEKKERS, Bibliotheca Belgica iuridica, Brussel, 1951 ; - Baron de Rijckman de BETZ et Vic. F. De JONGHE-d'ARDOYE, Armorial et biographies des chanceliers et conseillers de Brabant, III, Hombeek, s.d. ; - C.V. de BAVAY, Pierre Stockmans. Brussel, 1844 ;- J. BRITZ, Etudes sur les jurisconsultes belges. Pierre Stockmans d'Anvers, in : <i>Rev. </i><i>de </i><i>droit français et étranger, </i>l (1844), 699-7°7 ; - Id., in : <i>Rev. des revues </i><i>de </i><i>droit, </i>VII (1844-1845), 347-361 ;- F. de REIFFENBERG ; Pierre Stockmans, in : <i>Bull. </i><i>de </i><i>l'Acad. roy, </i><i>de </i><i>Belg., </i>II (1844), tome 2, 217- 227 ; - J. BRITZ, Mémoire sur l'ancien droit belgique, in : <i>Mémoires couronnés de l'Acad. roy. </i><i>de </i><i>Belg., </i>in-4°, XX, tome 1, Brussel, 1847- 149-214 ; - M. BORGNET, Vingt-quatre lettres inédites de Stockmans, in : <i>Bull. </i><i>de </i><i>la Comm. roy. d'histoire, </i>2e série, X (1857-1858), 371-372 ; - J.B. STOCKMANS, Notes biographiques sur Pierre Stockmans, jurisconsulte, in : <i>Indicateur généal. héral. et biogr., </i>I (1911-1.912), suppl., p. I-XVI ; - Id., Notes sur Jean Stockmans, ibid.<i>, </i>2 (1912-1913), suppl., p. 3-11 ; - V. BRANTS, in : <i>Biogr. Nat., </i>XXIV (1926-1929), 57-66, s.v. STOCKMANS (Pierre) ; - A. LEGRAND et L. CEYSSENS, La correspondance du nonce de Madrid relative au jansénisme, in : <i>Anthologica annua IV ; </i>(1956), 549-640 ; - L. CEYSSENS, Sources relatives aux débuts du jansénisme et de l'antijansénisme, 1640-1643. Leuven, 1957 (avec 24 lettres inédites) ; - Id., La publication officielle de la bulle 'In eminenti', in : <i>Augustiniana, </i>IX (1959), 161-182, 304- 388, 412-430 ; X (1960), 22-114, 245-296, 365- 423 ; - Id., La première bulle contre Jansénius. Sources relatives à son histoire, 2 vol., Brussel, 1961-1962 ; - Id., La fin de la première période du jansénisme, 2 vol., Brussel, 1963-1964 ;- Id., Pierre Stockmans et des opuscules jansénistes, in : <i>Archives et Bibl. </i><i>de </i><i>Belg</i>.<i>, </i>36.(1965), 35-73.</p> <p>L. CEYSSENS, O.F.M.</p> 2009-12-23T17:40:06Z text/html fr Paul WILLOT 1922-002 EPIGRAPHE DES FAMILLES HEYMANS ET STOCKMANS ET DE LEURS EPOUSES DANS LE CHŒUR DE L'EGLISE DES DOMINICAINS DE BRUXELLES http://www.prcv.eu/spip.php?article184 <p>cote PRCV : 1922-002 <strong>ARTS (Père).</strong> <i> <strong>L'ancien couvent des Dominicains à Bruxelles. Appendice V. Inscription funéraires et monumen­tales dans l'Eglise des Dominicains. Fondation dans leur Eglise. </strong> </i> <strong>Gand Mont Saint-Amand, éditeur idem, 1922, p. 358</strong></p> <p><strong>informations techniques</strong> <br />type de support de travail : retranscription ; transcripteur : Paul WILLOT.</p> <p><strong>commentaires sur le document</strong> <br />Aucun</p> <p><strong>transcription</strong></p> <p>Monumentum Praenobilis et antique familiae van Veen</p> <p>Monumentum Nobilis Familiae Heymans et Stockmans conjugum.</p> <p><strong>traduction</strong></p> <p>Monument de la très noble et ancienne famille van Veen [<a href='#nb62' class='spip_note' rel='footnote' title='(PW jeudi 2 septembre 2004) le mot n'est pas loin de van de Ven. (PhC (...)' id='nh62'>62</a>]</p> <p>Monument de la noble famille Heymans [<a href='#nb63' class='spip_note' rel='footnote' title='(PW jeudi 2 septembre 2004) probablement des demoiselles Marie Thérèse et (...)' id='nh63'>63</a>] et des époux Stockmans [<a href='#nb64' class='spip_note' rel='footnote' title='(PW jeudi 2 septembre 2004) probablement les enfants de Pierre Stockmans. (...)' id='nh64'>64</a>]</p> 2009-12-22T09:23:50Z text/html fr Paul WILLOT 1926-001 ARTICLE « STOCKMANS » DANS LA BIOGRAPHIE NATIONALE http://www.prcv.eu/spip.php?article179 <p><strong>cote PRCV : 1926-001</strong> <br /><strong>BRANTS (V)</strong>. <i> <strong>Stockmans (article)</strong> </i>. <strong>Biographie Nationale. Bruxelles, Etablissements Emile Bruylant, 1926-1929, XXIV, col. 57-66, 6 pages</strong></p> <p><strong>informations techniques</strong> <br />type de support de travail : photographie numérique du document</p> <p><strong>commentaires sur le document</strong> <br />Aucun</p> <p>Voir le document</p> 2009-11-18T16:07:21Z text/html fr Paul WILLOT 1994-001 JEAN JACQUES VANDE VEN, SEIGNEUR DE LATHUY ET VICOMTE DE LOUVAIN (1671-1722) (04) http://www.prcv.eu/spip.php?article145 <div class="cs_sommaire cs_sommaire_avec_fond" id="outil_sommaire"> <div class="cs_sommaire_inner"> <div class="cs_sommaire_titre_avec_fond"> Sommaire </div> <ul> <li><a title="2. Instigateur d&#39;un pamphlet(nn) (1721)." href="http://prcv.eu/spip.php?page=backend&id_rubrique=16#outil_sommaire_0">2. Instigateur d'un pamphlet(nn</a></li> <li><a title="A la véritable et bien-pensante (ss) bourgeoisie et aux habitants de la ville de Louvain, sur le (...)" href="http://prcv.eu/spip.php?page=backend&id_rubrique=16#outil_sommaire_1">A la véritable et bien-pensante</a></li> <li><a title="E. Les suites néfastes d&#39;une fonction de receveur général désordonnée se poursuivent" href="http://prcv.eu/spip.php?page=backend&id_rubrique=16#outil_sommaire_2">E. Les suites néfastes d'une</a></li> <li><a title="F. Après la mort de Jean Jacques Vande Ven († 1722)" href="http://prcv.eu/spip.php?page=backend&id_rubrique=16#outil_sommaire_3">F. Après la mort de Jean (…)</a></li> <li><a title="1. La seigneurie de Lathuy (ddd)" href="http://prcv.eu/spip.php?page=backend&id_rubrique=16#outil_sommaire_4">1. La seigneurie de Lathuy</a></li> <li><a title="2. Les seigneuries de Piétrebais, Rèves et Ruart" href="http://prcv.eu/spip.php?page=backend&id_rubrique=16#outil_sommaire_5">2. Les seigneuries de Piétrebai</a></li> <li><a title="3. Le titre de vicomte de Louvain" href="http://prcv.eu/spip.php?page=backend&id_rubrique=16#outil_sommaire_6">3. Le titre de vicomte de (…)</a></li> <li><a title="Commentaires et questionnement" href="http://prcv.eu/spip.php?page=backend&id_rubrique=16#outil_sommaire_7">Commentaires et questionnement</a></li> </ul> </div> </div><p>Suite et fin de l'article de Gilbert THEYS</p> <p>(page 22)</p> <h3 class="spip" id="outil_sommaire_0"><a title="Sommaire" href="http://prcv.eu/spip.php?page=backend&id_rubrique=16#outil_sommaire" class="sommaire_ancre"> </a>2. Instigateur d'un pamphlet(nn) (1721).</h3> <p>Le même 30 mars 1721, Lucas Thielemans [<a href='#nb65' class='spip_note' rel='footnote' title='Chef-doyen(oo) de la nation(pp) des brasseurs du 27 septembre 1704 au 31 (...)' id='nh65'>65</a>], ancien doyen du métier des brasseurs, accusa l'ancien bourgmestre Jean Laureijs(qq) de Vroije d'avoir vendu les privilèges de la ville par le fait d'avoir fait cadeau de 12.000 florins au marquis de Prié pour que ce dernier renouvelle l'échevinage siégeant (rr). L'ancien doyen fut soutenu par l'ancien receveur Cornelius Staes. Thielemans réitéra ses accusations quelques jours plus tard.</p> <hr class="spip" /> <p>Phamphlet (traduction libre)</p> <h3 class="spip" id="outil_sommaire_1"><a title="Sommaire" href="http://prcv.eu/spip.php?page=backend&id_rubrique=16#outil_sommaire" class="sommaire_ancre"> </a> A la véritable et bien-pensante (ss) bourgeoisie et aux habitants de la ville de Louvain, sur le libre choix du pensionnariat (ou 'd'un pensionnaire')</h3> <p><strong> <i>Glorieuse Bourgeoisie, toi qui toujours auparavant a prouvé ton courage, avec honneur, avec tes biens et ton sang, dans la défense de ta ville et de la Patrie, où sont maintenant les fruits d'un si cher dépôt ?Où sont maintenant tes parents/ancêtres, défenseurs de tes lois, que tu vois chaque jour écraser devant ton visage ? Tes privilèges et ta liberté, te sont prises en un instant pour toute ta vie, sans le moindre espoir de les récupérer jamais si, comme maintenant, à ta honte, tu en arrives à te taire et que tu tolères que, pour une somme d'argent, tes privilèges soient mis en vente. Oui, et le pire est, par tes gouvernants eux-mêmes, traîtres à la ville, vos transgresseurs des lois.Qui qu'il puisse être, que la vérité soit dite, malheur à celui qui pose la première pierre de cette ruine ! Que ce soit tôt ou tard, il aura à le regretter et devra supporter les punitions pour son vrai salaire. Car celui qui en arrive à faire de telles choses ne mérite en aucune façon qu'il soit admis à un quelconque emploi de la ville.Et bien alors, il est temps maintenant que vous voyiez de vos yeux, vous, bourgeois, qui que vous soyez, veuillez ne plus jamais tolérer que l'on vous dépouille de ce qui, par alliance, vous a été octroyé par tant de ducs de Brabant.Vous avez le libre choix, personne ne peut vous empêcher de mettre en fonction, en conscience, une personne compétente. Pour cela, suivez votre serment, vous, capitale, choisissez l'homme qui peut (dans l'Etat et dans le Conseil) (tt), de loin, vous servir le mieux.</i> </strong></p> <hr class="spip" /> <p>Lorsque le conseil, le 13 mai 1721, se réunit pour discuter d'une proposition concernant le renouvellement de l'impôt, l'échevin J.J. Vande Ven intervint. Il trouvait qu'il était grand temps de faire maintenir les privilèges de la ville, en particulier en ce qui concerne le choix d'un pensionnaire [aux affaires] extérieures. Sur sa proposition, le conseil décida de présenter une requête au Conseil de Brabant. Dans cette requête, envoyée le 14 mai, le magistrat de la ville de Louvain demanda aux Etats d'intercéder au mieux auprès du marquis de Prié pour que celui-ci permette que la ville de Louvain puisse à nouveau désigner son pensionnaire [aux affaires] extérieures, et cela conformément aux vieux privilèges et libertés admis par les prédécesseurs de l'empereur et confirmés/reconnus par lui. Cette fonction était maintenant vacante depuis quinze mois. Récemment, dans le cas de Robert Knight [<a href='#nb66' class='spip_note' rel='footnote' title='ARAB, Officie fiscaal (Portefeuille), grand n° 911, dossier 9460, Rapport (...)' id='nh66'>66</a>], les Etats avaient bien pris, pour un étranger, une position énergique [<a href='#nb67' class='spip_note' rel='footnote' title='Fils du trésorier de la Compagnie des Indes à Londres. Il était retenu (...)' id='nh67'>67</a>].</p> <p>Le 26 mai, un pamphlet fut affiché dans la ville, [pamphlet] intitulé « A l'authentique et bien-pensante bourgeoisie et aux résidents de la ville de Louvain, au sujet du libre choix de la fonction de pensionnaire(vv) ». Le contenu était : citoyens, les lois de la ville et du pays sont chaque jour foulées aux pieds. Vous avez perdu sur le champs et pour toujours vos privilèges et votre liberté si vous vous taisez et que vous permettez que vos privilèges soient mis en vente pour une somme d'argent, une chose dont même vos gouvernants se rendent coupables. Qui qu'il soit, celui qui commence ainsi n'échappera pas à sa juste punition. Celui qui fait quelque chose de ce genre ne mérite pas d'accéder à une quelconque fonction municipale. <strong>(page 23) </strong>Bourgeois, qui que vous soyez, ne supportez plus jamais qu'on vous prenne ce que tant de ducs de Brabant vous ont donné par alliance [<a href='#nb68' class='spip_note' rel='footnote' title='SAL, 344, fols. 330-333v, séance du 13 mai 1721.' id='nh68'>68</a>]. Choisissez donc l'homme le meilleur. Personne ne peut vous en empêcher.</p> <p>Le 29 mai le procureur général de Brabant, Guillaume de Hemptines [<a href='#nb69' class='spip_note' rel='footnote' title='Seigneur de Jandrain et Jandrenouille. Nommé le 17 septembre 1691. Après sa (...)' id='nh69'>69</a>], sur ordre du marquis de Prié, était déjà à Louvain pour mener l'enquête sur le ou les auteurs. Le 5 juin 1721, le conseil décida qu'une requête serait présentée au marquis de Prié par le bourgmestre Peter de Heckenrode. Par cette requête, le conseil demanda que le marquis soit chargé de faire cesser l'enquête menée par le procureur général dans la ville contre différents habitants sans l'assentiment du magistrat. Ceci vu le fait que pareille chose était en contradiction avec les privilèges de tout temps accordés à la ville par les souverains [<a href='#nb70' class='spip_note' rel='footnote' title='SAL, 344, fols. 339v-342v, résolution magistrale prise en séance du conseil (...)' id='nh70'>70</a>].</p> <p>Dans son rapport l'avocat fiscal Charliers conclût que ce « travail infâme, scandaleux et séditieux » avait probablement été écrit par Jean Gérard Kerckherder, ancien professeur au Nouveau College et historiographe impérial [<a href='#nb71' class='spip_note' rel='footnote' title='Jean Gérard Kerckherder, né à Valkenburg vers 1676, quinzième des maîtres ès (...)' id='nh71'>71</a>] et imprimé par Peter Augustijn Denique le jeune [<a href='#nb72' class='spip_note' rel='footnote' title='Décédé le 29 mars 1746, à la paroisse Saint-Michel. SAL, PR, 430, fol. (...)' id='nh72'>72</a>], à la demande de l'ancien bourgmestre J.J. Vande Ven. Le procureur général demanda au Conseil de Brabant de faire 'telle provision de justice qu'il semblera convenir à la Cour'. Le 28 juillet 1721, il fut accordé au procureur général « simpel daeghsel »(ww) (simple ajournement) pour/devant trois commissaires, à charge des trois suspects, de l'ancien doyen Lucas Thielemans et de l'ancien receveur Cornelis Staes [<a href='#nb73' class='spip_note' rel='footnote' title='ARAB, Office fiscal (Portefeuilles), grand n° 911, dossier 9460. Rapport de (...)' id='nh73'>73</a>]. Cette fois également, il semble qu'on n'en arriva pas à une condamnation [<a href='#nb74' class='spip_note' rel='footnote' title='L. GALESLOOT, o.c., 155 ; K. VAN HONACKER, o.c., 187.' id='nh74'>74</a>].</p> <p>Le 13 octobre 1721, le magistrat de la ville de Louvain n'avait encore reçu aucune réaction des Etats de Brabant sur sa demande de soutien dans la question de la nomination d'un nouveau « buitenpensionaris ». Par conséquent, il décida de rappeler sa demande. Dans leur séance du 16 octobre, les Etats décidèrent de donner une suite favorable à cette deuxième demande, ce qui se fit le 25 octobre [<a href='#nb75' class='spip_note' rel='footnote' title='SAL, 344, fols. 433v-435, 6 octobre et fols. 441v-443, 13 octobre 1721. (...)' id='nh75'>75</a>]. Le 20 octobre, le magistrat de la ville de Louvain décida encore une fois de s'adresser par lettre <strong>(page 24) </strong>au marquis de Prié, lettre qui fut envoyée le 23 octobre [<a href='#nb76' class='spip_note' rel='footnote' title='SAL, 344, fols. 455v-457.' id='nh76'>76</a>]. Le 19 novembre, l'appel à Son Excellence fut répété par les Etats [<a href='#nb77' class='spip_note' rel='footnote' title='ARAB, StVb, reg. 41, 19 novembre 1721.' id='nh77'>77</a>]. Mais cela devait durer encore jusqu'au 24 janvier 1722 avant que le magistrat puisse passer au choix d'un nouveau « buitenpensionaris » [<a href='#nb78' class='spip_note' rel='footnote' title='ARAB, StVb, 384.' id='nh78'>78</a>], ce qui se fit le 27 janvier. Ce fut le conseiller Jean Laureijs de Vroije, qui prêta serment le jour suivant [<a href='#nb79' class='spip_note' rel='footnote' title='SAL, 345, fols. 5v-6.' id='nh79'>79</a>].</p> <h3 class="spip" id="outil_sommaire_2"><a title="Sommaire" href="http://prcv.eu/spip.php?page=backend&id_rubrique=16#outil_sommaire" class="sommaire_ancre"> </a>E. Les suites néfastes d'une fonction de receveur général désordonnée se poursuivent </h3> <p>Entre-temps, les Etats de Brabant avaient pris la résolution suivante : un huissier devrait réclamer au vicomte de Louvain le paiement de la somme de 1.584 florins argent de change, que celui-ci avait reçu de l'ex-bourgmestre Jean Baptiste Sneijers au profit du duché de Brabant [<a href='#nb80' class='spip_note' rel='footnote' title='ARAB, StVb, reg. 41, 14 juillet 1721.' id='nh80'>80</a>]. Jean Jacques demanda le report du paiement. Un sursis de huit jours lui fut accordé le 28 juillet [<a href='#nb81' class='spip_note' rel='footnote' title='ARAB, StVb, reg. 41, 28 juillet 1721.' id='nh81'>81</a>] après quoi il demanda de reporter à plus tard le paiement. Le 6 août, il lui fut laissé le temps jusqu'au premier samedi à midi pour qu'il fournisse des garants au profit des Etats pour ces 1.584 florins argent de change [<a href='#nb82' class='spip_note' rel='footnote' title='ARAB, StVb, reg. 41, 6 août 1721.' id='nh82'>82</a>].</p> <p>Le 18 novembre 1721, les Etats de Brabant se réunirent en assemblée générale, pour prendre une décision sur la requête du successeur de J.J. Vande Ven, Jean Arnaud Crabeels, pour le partage de la somme de 1.800 florins annuels, qu'il « selon les termes de son mandat est tenu de payer de ses tantièmes et de ses autres émoluments de son administration et comptes jusqu'au recouvrement complet de la dette de l'ex-receveur Vande Ven » [<a href='#nb83' class='spip_note' rel='footnote' title='ARAB, StVb, reg. 41, 18 novembre 1721.' id='nh83'>83</a>].</p> <p>Le 11 décembre 1721, J.J. Vande Ven fit savoir dans une lettre aux Etats que pour raison de son indisposition (xx) il n'avait pu aller chercher la procuration qu'il tenait de sa soeur [<a href='#nb84' class='spip_note' rel='footnote' title='Ida Cornélia Vande Ven. Baptisée à Louvain le 24 mai 1669. Mariée au noble (...)' id='nh84'>84</a>] (yy) pour vendre à son propre(zz) bénéfice les biens de Geetbets qu'il avait indiqués et hypothéqués pour le paiement de la somme de 1.584 florins dont il restait redevable au duché de Brabant selon les rétroactes du 30 mai 1721. Dans leur séance du 12 décembre, les messieurs lui accordèrent un report de huit jours pour remettre cette procuration. Autrement, ils ne pourraient négliger d'en donner connaissance au marquis de Prié ainsi qu'il l'avait ordonné [<a href='#nb85' class='spip_note' rel='footnote' title='ARAB, StVb, reg. 41, 12 décembre 1721.' id='nh85'>85</a>].</p> <p>(page 25)</p> <p>Le 19 décembre, le vicomte de Louvain répondit à la lettre lui écrite par les Etats selon leur résolution du 12 décembre. Sur ce, les Etats décidèrent le 22 décembre de charger leur procureur Van Vossum de faire saisir les gages passés par acte notarié par le vicomte le 9 août 1721 devant le notaire N. Smedts de Louvain et de vendre en vertu de cet acte les nantissements déclarés dans cette résolution sis à Geetbets pour récupérer les 1.584 florins que le vicomte devait encore au duché de Brabant selon l'acte notarié. Il s'agissait ici de 3 bonniers de pâturages, d'un demi-bonnier de terre et d'un demi-bonnier de prairie [<a href='#nb86' class='spip_note' rel='footnote' title='ARAB, StVb, reg. 41, 22 décembre 1721. ARAB, Notariat Général du Brabant, 13 (...)' id='nh86'>86</a>]. Ces biens furent la propriété de sa tante Suzanne Thérèse Stockmans, la veuve de l'auditeur Jean François Vande Ven [<a href='#nb87' class='spip_note' rel='footnote' title='ARAB, Cour féodale de Brabant (en abrégé LVB), procès 2553. G.THEYS, De (...)' id='nh87'>87</a>].</p> <p>Afin de récupérer la somme de 10.000 florins sur un plus grand montant, de 43.232 florins 8 sous, dont le receveur J.J. Vande Ven était resté redevable selon la « fin de caisse » établie dans son comptoir le 12 mai 1719, suivant les lettres ouvertes exécutoriales du 13 août 1721 dépêchées en Conseil de Brabant au profit des Etats de Brabant, une ferme avec ses dépendances, terres et pâturages à Baulers (aaa) (quartier de Nivelles), d'Isabelle Cornélie Stockmans, célibataire, son garant principal, fut mise en vente. Il fut tenu 4 jours de vente : respectivement le 24 octobre, les 7 et 21 novembre et le 5 décembre 1721 sans qu'un acheteur ne paraisse. Sur ce, ceux qui pouvaient prétendre à quelque droit sur les biens précités furent cités à comparaître au Conseil de Brabant le 4 février 1722. Comme personne ne se présenta, la levée du sceau impérial fut fixée au 18 avril. Ajourné au 4 juillet 1722, se présenta ce jour-là Pierre Ignace Colins, membre ordinaire du Conseil de Brabant qui offrait la somme de 5.800 florins argent de change pour les biens mis en vente. Comme personne n'offrit plus, ces biens furent adjugés à lui et à son épouse [<a href='#nb88' class='spip_note' rel='footnote' title='ARAB, RVB, 104, décret du 4 juillet 1722.' id='nh88'>88</a>].</p> <h3 class="spip" id="outil_sommaire_3"><a title="Sommaire" href="http://prcv.eu/spip.php?page=backend&id_rubrique=16#outil_sommaire" class="sommaire_ancre"> </a> F. Après la mort de Jean Jacques Vande Ven († 1722) </h3> <p>Entre-temps, le 19 février 1722, Jean Jacques Vande Ven, vicomte de Louvain, ex-bourgmestre et échevin en fonction, était décédé et enterré dans l'église de Linden (bbb) (près de Louvain) [<a href='#nb89' class='spip_note' rel='footnote' title='SAL, 345, fols. 12v-13' id='nh89'>89</a>]. Les seigneuries de Lathuy et Piétrebais, Rèves et Ruart (ccc) (toutes en Brabant Wallon) [<a href='#nb90' class='spip_note' rel='footnote' title='Sa mère Marie Claire Stockmans, en avait par testament hérité de son père, (...)' id='nh90'>90</a>] qu'il avait héritées de sa mère furent judiciairement saisies et vendues au bénéfice des Etats de Brabant. <strong>(page 26)</strong></p> <h3 class="spip" id="outil_sommaire_4"><a title="Sommaire" href="http://prcv.eu/spip.php?page=backend&id_rubrique=16#outil_sommaire" class="sommaire_ancre"> </a>1. La seigneurie de Lathuy (ddd)</h3> <p>Le 2 septembre 1722, la permission fut accordée par la Cour féodale Souveraine de Brabant pour la vente judiciaire de la seigneurie de Lathuy à charge de la mortuaire de Jean Jacques Vande Ven. Quatre jours de vente ont été tenus : respectivement le 22 février, le 14 avril, le 1er juin et le 16 juillet 1723. Sur ce, la matière fut inscrite le 4 septembre 1724 au rôle de la Cour féodale. Ce jour-là apparut au nom de Suzanne Thérèse Stockmans, veuve de François Vande Ven, le procureur Moitemont qui au nom de sa cliente marqua opposition ce qui conduisit le 30 octobre 1724 à une suspension. Le procès entre les Etats de Brabant et Suzanne Thérèse Stockmans qui s'en suivit n'avait plus de sens du fait que l'opposante et Jean Arnaud Crabeels, receveur des Etats au quartier de Louvain, avaient conclu le 17 mai 1725 un accord reconnu et approuvé par les Etats le 14 juin. Par le moyen de et en soutien de cet accord, une requête fut présentée le 18 juin à la Cour féodale par les Etats de Brabant en vue de fixer le jour de, notamment, la vente finale de la seigneurie de Lathuy. La Cour fixa la date au 7 juillet. Ce jour-là, la seigneurie de Lathuy fut offerte pour 400 florins argent de change. François Philippe d'Ysembart proposa encore cent florins argent de change sur la dite seigneurie. Puisque personne n'offra plus, la seigneurie de Lathuy avec toutes ses appendances et ses dépendances fut attribuée le 25 août 1725 à Ysembart pour le prix de 2.850 florins argent de change (transport du 15 septembre 1725) [<a href='#nb91' class='spip_note' rel='footnote' title='ARAB, LVB, reg. 164, fol. 59-64v. ARAB, StvB, reg. 45, 14 juin (...)' id='nh91'>91</a>]</p> <h3 class="spip" id="outil_sommaire_5"><a title="Sommaire" href="http://prcv.eu/spip.php?page=backend&id_rubrique=16#outil_sommaire" class="sommaire_ancre"> </a>2. Les seigneuries de Piétrebais, Rèves et Ruart</h3> <p>Le 2 septembre 1722, la permission fut aussi accordée par la Cour féodale de Brabant pour mettre en vente publique les seigneuries de Piétrebais, Rêves et Ruart au profit des Etats de Brabant et à charge de la mortuaire de feu Jean Jacques Vande Ven. Quatre jours de vente eurent également lieu respectivement les 22 février, 14 avril, 1er juin et 16 juillet 1723 sans que quelqu'un propose un prix. Egalement le 4 septembre 1723, la vente fut inscrite au rôle de la Cour féodale. Alors aussi comparut le procureur Moitemont pour Suzanne Thérèse Stockmans. L'affaire fut reportée au 2, 16 et 30 octobre 1723. L'avocat demanda de laisser les seigneuries à sa cliente et de l'en laisser jouir paisiblement. Sur ce on vint à un procès formel entre Suzanne Thérèse Stockmans et les Etats qui déboucha sur deux arrêts de la Cour féodale respectivement du 20 novembre et du 19 décembre 1724. Ce procès se termina par un accord entre Suzanne Thérèse Stockmans et Jean Arnaud Crabeels conclu le 17 mai 1725 et approuvé par les Etats le 14 juin. Le jour suivant, une requête fut faite par les Etats de fixer le jour où e.a. la vente définitive des seigneuries aurait lieu.</p> <p><strong>(page 27)</strong> Illustration 5. Le Château de Piétrebais (tiré de : De Cantillon, <strong>Vermakelijkheden van Brabant, en deszelfs onderhoorige Landen</strong> (traduction : <i>Les divertissements du Brabant et pays dépendants du même</i>), 1 (face à la page 37), Amsterdam 1770.</p> <p><strong>(page 28)</strong> Au jour fixé, le 7 juillet 1725, on offrit un total de 900 florins argent de change. La vente fut reportée au 25 août 1725. Ce jour-là, les seigneuries furent finalement adjugées pour une somme totale de 3.525 florins au notaire Pilloij pour son commettant (eee), Jean baron van den Honert, conseiller du Conseil et de la Cour féodale de Brabant et du pays d'Outre-Meuse à La Haye (acte de dénomination du 3 septembre et transport du 7 septembre 1725) [<a href='#nb92' class='spip_note' rel='footnote' title='ARAB, LVB, reg. 164, fols. 64v-71v. ARAB, LVB, arrêt du 20 novembre et 19 (...)' id='nh92'>92</a>].</p> <p>Le 17 novembre 1725, les Etats de Brabant donnèrent procuration à leur procureur Vanden Bogaert pour la présentation d'une requête au Conseil de Brabant pour pouvoir lever le montant de la vente d'une petite ferme et d'une partie de terres sous Piétrebais, (propriété) de feu le receveur J.J. Vande Ven qui, par décret du Conseil de Brabant, avaient été vendues récemment pour 1.000 florins argent de change. Les Etats donnèrent aussi procuration pour présenter une requête semblable à la Cour féodale de Brabant pour pouvoir lever le montant de la vente des seigneuries de Lathuy, Piétrebais, Rêves et Ruart, également (propriété) de feu le receveur J.J. Vande Ven. La seigneurie de Lathuy fut vendue pour 2.875 florins, celle de Piétrebais pour les 2/3, pour 2.350 florins, argent de change (dans les deux cas) [<a href='#nb93' class='spip_note' rel='footnote' title='ARAB, StvB, reg. 45, 17 novembre 1725.' id='nh93'>93</a>]. Cette dernière requête semble avoir donné lieu à des difficultés. La sœur de feu le receveur, Ida Cornelia Vande Ven (fff), femme de Marc François de Chaignon de la Chapelle, intenta un procès à la Cour féodale de Brabant contre les Etats de Brabant. Elle demandait à ce qu'il n'y ait pas un privilège de créanciers sur l'argent de la vente des seigneuries de Piétrebais, Ruart, Rêves et Lathuy, ce qui fut accordé le 14 mai 1726 [<a href='#nb94' class='spip_note' rel='footnote' title='ARAB, LVB, procès 2850. L.GALESLOOT. Inventaire des Archives de la Cour (...)' id='nh94'>94</a>].</p> <h3 class="spip" id="outil_sommaire_6"><a title="Sommaire" href="http://prcv.eu/spip.php?page=backend&id_rubrique=16#outil_sommaire" class="sommaire_ancre"> </a>3. Le titre de vicomte de Louvain</h3> <p>Parce que Jean Jacques Vande Ven était mort sans enfant, son titre retourna à la couronne et ses armes furent renvoyées aux archives de la Chambre Héraldique. En 1772 cependant un prétendant au titre de vicomte de Louvain surgit. C'était Jean Anne de Chaignon de la Chapelle (ggg), noble français et ambassadeur de Louis XV au Valais qui indiqua dans une requête au gouverneur général, Charles de Lorraine (hhh), qu'il était le fils de Marc-François et Ida Cornelia Vande Ven, la sœur de feu Jean Jacques Vande Ven. Il relevait le mérite de la famille et proposait de lui laisser reprendre gratuitement le titre. A l'appui, il joignait les deux certificats des armes et son acte de baptême. Après <strong>(page 29)</strong> avis de la Chambre Héraldique, le Conseil Privé fit un rapport négatif le 24 mai. Sur ce Charles de Lorraine décida de rejeter la requête [<a href='#nb95' class='spip_note' rel='footnote' title='Bruxelles, Ministère des Affaires Etrangères, Service de la noblesse. Chambre (...)' id='nh95'>95</a>].</p> <hr class="spip" /> <p>Avec Jean Jacques Vande Ven, on aboutit à la fin de la famille Vande Ven dans la lignée masculine. Provenant de Bois-le-Duc, le grand-père Jean s'était installé, via Breda, à Louvain, la ville où il avait étudié. Lorsqu'en 1648, la paix entre l'Espagne et la République fut une réalité et qu'un retour vers le Brabant pays de généralité, où les calvinistes avaient maintenant leur mot à dire, semblait exclu, le receveur général Jean Vande Ven acheta une seigneurie, ce qui lui rapporta un titre.</p> <p>Jacques, son fils aîné, revêtit la même fonction que son père et en hérita le titre de seigneur de Geetbets. Son ambition d'être un vrai seigneur lui fit abattre et reconstruire tant sa maison à Louvain que son château à Geetbets. Cela coûta certainement de l'argent. Ceci associé au fait que, par exemple, il emprunta aussi de l'argent [<a href='#nb96' class='spip_note' rel='footnote' title='SAL, 7544, pp 369-370, 25 et 28 mai 1657.' id='nh96'>96</a>] pour l'investir, il est vrai avec d'autres, dans le projet de canal (iii) – Louvain rêvait d'un raccor­dement à la mer – aura très vraisemblablement été à la base de son fameux déficit de caisse à sa mort. Le château et les moulins à eau de la seigneurie de Geetbets ainsi que la maison paternelle à Louvain furent saisis et vendus publiquement.</p> <p>Jean Jacques, également receveur des Etats à Louvain, a également à faire avec un déficit de caisse. Cette fois, les Etats ne laissèrent pas faire et décidèrent sa révocation. Cette fois, les biens seigneuriaux en Brabant Wallon, qu'il avait hérités de sa mère, <a href="http://prcv.eu/spip.php?breve103" class='spip_in'>Marie Claire Stockmans</a>, durent y passer. Comme homme politique municipal, il se dressait vivement pour les droits et les prérogatives de sa ville et il saisit chaque occasion pour plaider leur maintien. Adversaire du pouvoir central, il était un représentant typique de l'ancien régime.</p> <hr class="spip" /> <h3 class="spip" id="outil_sommaire_7"><a title="Sommaire" href="http://prcv.eu/spip.php?page=backend&id_rubrique=16#outil_sommaire" class="sommaire_ancre"> </a>Commentaires et questionnement</h3> <p>GT = Gilbert Theys. HdC = Henri de Chaignon. PhC = Philippe Cullus. PW = Paul Willot. YC = Yves Clert.</p> <p>(nn) (PhC 28/12/2005) Ce que PW a appelé « <strong>poème de l'ombre</strong> » et que j'ai appelé « poème satirique » devrait peut-être tout simplement devenir « poème anonyme ». L. GALESLOOT, o.c., 150. (GT 24 janvier 2006) Je me demande si on ne peut pas mettre ici « pamphlet » ?</p> <p>(oo) (PhC 28/12/2005) On peut remplacer « <strong>super doyen</strong> » par « chef doyen » pour parler de Luc Thielemans. L. GALESLOOT. o.c., 147.</p> <p>(pp) (PW 28/12/2005) <strong>Nation</strong>. Quel sens a ici le mot « nation » ? (PhC 31/12/2005) Je pense qu'il est employé ici dans le sens de 'métier', de 'corporation'.</p> <p>(qq) (PhC 31/12/2005) <strong>Prénoms</strong> : les traduire ou les maintenir dans leur langue ? C'est une décision à prendre, mais elle me paraît devoir être cohérente, et applicable dans tout le texte de la même manière, sauf dans les citations où il faut garder la langue de la citation.</p> <p>(rr) (PhC 28/12/2005) Je pense qu'on peut traduire « <strong>zittend magistrat</strong> » par « magistrat en fonctions ». L. GALESLOOT, o.c., 140, note de bas de page 1.</p> <p>(ss) (PhC 10/01/2006) Le mot '<strong>bien-pensante</strong>' traduit littéralement le mot flamand, mais il a en français une connotation péjorative qu'il n'a certainement pas dans ce texte.</p> <p>(tt) (PhC 10/01/2006) L'expression '<strong>in staet en raedt</strong>' ne se trouve pas au dictionnaire. Elle pourrait être un jeu de mots.</p> <p>(uu) (PhC 28/12/2005). A la lecture de la note L. GALESLOOT, o.c., 151. note 2, je me demande si, en invoquant <strong>l'article 17</strong>, ce n'est pas à la <strong>Joyeuse Entrée</strong> de Charles Quint qu'on se réfère , ce qu'il faudrait préciser, car, employée sans autre précision, la « Joyeuse Entrée » c'est pour un historien belge ou brabançon celle du XIV siècle, de Jeanne et Wenceslas.</p> <p>(vv) (PhC 31/12/2005) Titre du poème anonyme : '<strong>pensionarisschap</strong>' devrait se traduire, si on tient à un seul mot, par quelque chose comme 'pensionnariat'. On pourrait peut-être tout simplement dire 'libre choix du/d'un pensionnaire'. (GT 25 janvier 2006) « pensionarisschap » = pensionnariat.</p> <p>(ww) (PhC 31/12/2005) <strong>Simple ajournement</strong> : l'ajournement ne doit pas être compris ici comme un report, mais comme la fixation d'un jour où l'ajourné devra comparaître.</p> <p>(xx) (PhC 04/01/2006) Le mot '<strong>onpasselijkheid</strong>' signifie simplement 'indisposition', mot passe-partout bien connu des élèves qui veulent échapper à la séance de natation notamment. (YC 06/01/2006) Est-ce aussi léger ? Il est quand même décédé deux mois plus tard. (PhC 06.01.2006). Oui, mais il ne le savait pas. Supprimons mon commentaire sur l'indisposition des élèves peu férus de natation, il n'en reste pas moins que le mot 'onpasselijkheid' ne connaît, selon mon dictionnaire, que deux traductions possibles : indisposition ou nausée. C'est le nom abstrait correspondant à l'adjectif 'onpasselijk' qui lui se traduit par 'indisposé, <strong>un peu</strong> incommodé, gêné'. On trouve aussi l'équivalence 'onpasselijk worden' = 'se sentir mal, avoir mal au cœur, avoir un haut-le-cœur', ce qui ne me paraît pas suffisant pour admettre ou exclure la maladie de cœur.</p> <p>(yy) (PW 02/01/2006). <strong>Ida Cornélia Vande Ven</strong>. L'instant est solennel !!! C'est le premier témoignage connu d'une communication entre le frère et la sœur. C'est dommage pour nous que la référence à cette lettre ne soit pas donnée. Quelle en est la source ? Il serait, en particuliers, intéressant de savoir 1) quel est le mot qu'utilise exactement J.J. dans cette lettre pour exprimer l'action de chercher : chercher dans son désordre (par exemple) ou aller chercher quelque part (ce qui supposerait qu'il doit se rendre quelque part (à Bruxelles ou ailleurs) pour la trouver) 2) procuration : donne-t-il des précisions sur cette procuration certainement faite devant notaire (date, lieu) ? A noter aussi que les biens à vendre prévus dans cette procuration sont de <strong>Geetbets</strong>. Tous les biens de Geetbets ne sont donc pas partis dans la débâcle financière du papa.(PhC 04/01/2006) Question de quelqu'un qui ne relit pas le dossier et ne le connaît pas non plus par cœur : Jean Jacques n'a-t-il qu'une sœur ? S'il y en a deux, ou plus, rien ne dit qu'il s'agit d'Ida Cornélia. Le texte rédigé par GT me paraît vouloir dire que Jean Jacques dit (ce n'est d'ailleurs peut-être qu'une manœuvre dilatoire) que son indisposition l'a empêché de chercher la procuration. Ce peut en effet être dans son désordre, ou dans un autre lieu que celui où il demeure à ce moment. Il ne s'agit d'ailleurs pas pour moi qu'il la refasse, parce que ce n'est évidemment pas lui qui donne procuration, mais sa sœur. Le verbe 'overmaken' signifie aussi 'transmettre', 'remettre' quelque chose. Le document n'indique pas si un notaire est intervenu. La réponse à ces questions peut se trouver dans les documents cités par GT, à savoir le registre 41 des Etats de Brabant, aux dates qu'il donne. (PW 05/01/2006) Je ne sais pas si le texte de la lettre est explicite mais, à priori, GT a raison. A cette époque, JJVdV n'a que deux sœurs vivantes : Marie Thérèse et Ida Cornélia. Marie Thérèse est l'aînée (des filles). Elle est la fameuse « femme à la main morte » (je n'ai pas encore compris le mécanisme de cette main-morte mais je ne désespère pas …) et donc j'ai compris qu'elle ne peut plus entrer en compte pour des actes de ce genre. Pour le reste, les réflexion de PhC sont pertinentes et nous en saurons plus par une traduction judicieuse et ajustée du texte original. (HdC 11/01/2006) (ss) - … femme à la main morte….L'expression 'bien de main morte' existe dans le vocabulaire juridique (chez les notaires) et désigne : un bien qui est bloqué longtemps, au delà de la mort éventuellement. En pratique cela veut dire que le propriétaire a perdu la libre disposition de son bien. C'est la question des hypothèques. Tant qu'elles ne sont pas levées ! ? Je ne pense pas que cette expression puisse s'appliquer à une personne. (GT 27 janvier 2006) Marie Françoise Thérèse est morte en 1695. Je le prouverai dans les prochains jours.</p> <p>(zz) (PhC 04/01/2006) Il faut ajouter 'propre' parce qu'en français l'adjectif possessif '<strong>son</strong>' est ambigu : il peut s'agir du bénéfice de Jean Jacques ou du bénéfice de sa sœur. Le néerlandais est à cet égard plus précis : s'il s'était agi du bénéfice de la sœur on aurait écrit 'haar behoeve'.</p> <p>(aaa) (PhC 04/01/2006) Il s'agit évidemment de <strong>Baulers</strong>, ancienne commune voisine de Nivelles. (PW 02/01/2006) La mention de Baulers annule ma note (dd) car Sprimont (en bas à droite) et Baulers (en haut à droite) sont effectivement proches de Nivelles mais il n'est pas possible de les confondre.</p> <p>(bbb) (PW 06/01/2006) Pour quelle raison <strong>Linden</strong> ?</p> <p>(ccc) (PW 09/01/2006) <strong>Lathuy, Piétrebais, Rêves et Ruart</strong>. Sous réserve des recherches plus précises que je dois faire dans ces prochains jours aux Archives Générales du Royaume les seigneuries en Brabant Wallon se situaient de la façon suivante (cercle inscrit dans une carte du tourisme du Brabant Wallon) : <strong>Lathuy</strong> et <strong>Piétrebais</strong> sont proches l'une de l'autre et se situent au nord du Brabant Wallon. <strong>Ruart</strong> serait actuellement un hameau de Genappe mais cela reste à confirmer. <strong>Rêves</strong> se situe au sud de Genappe, mais fait aujourd'hui partie de la commune Les Bons Villers, dans l'arrondissement de Charleroi de la province de Hainaut.</p> <p>(ddd) (PW 06/01/2006) Ida Cornélia, dans divers documents, est appelée <strong>Dame de Lathuy</strong> (et même de Piétrebais) Comment comprendre cette appellation avec ce qui apparaît dans ce chapitre comme un titre propre à son frère J.J. ? (PhC 06/01/2006) Voir ma réponse à la note (yy).</p> <p>(eee) (PhC 06/01/2006) 'diens commettant' = le commettant de celui qui est désigné dans le mot qui précède 'diens'. La traduction la plus littérale serait donc 'le commettant de celui-ci', mais 'son commettant' est plus simple et tout à fait correct.</p> <p>(fff) (PW 06/01/2006) <strong>Ida Cornélia</strong>. Voilà une seconde apparition d'ICV. Nous sommes au début de 1726. Est-il réaliste de penser qu'ICV intente un procès aux Etats de Brabant en étant à l'étranger ? C'est théoriquement possible peut-être mais est-ce techniquement réaliste ? Il est donc vraisemblable qu'à cette date elle soit encore en Brabant. En outre je ne comprends pas <strong>l'objet du procès</strong>. (PhC 06/01/2006) Ne peut-on pas supposer que, ces seigneuries ayant appartenu à sa mère et son frère Jean-Jacques en ayant hérité, Ida Cornelia estime avoir des droits à faire valoir, tels que, par exemple, le retrait lignager qui permet à un acheteur parent du dernier propriétaire de jouir d'une priorité sur les étrangers à la famille ? Cela ne rejoint-il pas la dénomination 'dame de Lathuy' parfois utilisée pour la/se désigner ? Et dès lors, ce titre correspond-il à une réalité ou à une prétention ? Il faudrait notamment savoir de quand datent les documents en question. (PW 07/01/2006). OK, il y a matière à y regarder d'un peu plus près. Je vais m'y employer.</p> <p>(ggg) (HdC 11/01/2006) Ce personnage est le fils unique d'Ida Cornélia Vande Ven et de Marc François de Chaignon de la Chapelle, mais son identité complète sur son acte de naissance est : Jean Anne François Joseph de Chaignon de la Chapelle. Cependant il s'est fait appeler toute sa vie, en dehors des actes officiels : Pierre de Chaignon le plus souvent sans ajouter de la Chapelle. Son père, militaire, se faisait nommer dans les actes : Marc François de Chaignon de la Chapelle (avec des orthographes diverses pour Chaignon) mais dans la vie courante il a surtout été appelé : Marc François de la Chapelle. La filiation père-fils est parfaitement établie, mais cette précision est faite pour qu'il n'y ait pas d'ambiguïté pour les générations futures.</p> <p>(hhh) (PW 06/01/2006) <strong>Charles de Lorraine</strong>. TARLIER et WAUTERS mentionnent un autre personnage « le <strong>baron de la Pierre d'Oschenbrun</strong> demanda pour un neveu de Jean, Pierre Chaignon, ministre du roi très chrétien du roi de France près de la république du Valais, le titre de comte de la même ville. Mais en vain il fit valoir qu'une petite fille de Jean Stockmans, une fille de Pierre, le célèbre jurisconsulte, avait épousé le prince de Hesse-Darmstadt, et que leur fille la comtesse de Jeannini, venait d'être crée « princesse d'un chapitre » en Autriche ; ces revendications nobiliaires n'obtinrent pas de succès, le gouvernement autrichien les repoussa, le 27 août 1781, en objectant qu'un titre ne s'accordait qu'en retour de services personnels et que, d'ailleurs, celui de comte de Louvain devait être réservé au souverain. » (1873-001, 9). (YC 11/01/2006) Je pense que Tarlier et Wauters ont sérieusement mélangé les cartes, d'autant plus que nous savons pertinemment que Pierre ne pouvait pas avoir de neveu ! C'est bourré d'erreurs !</p> <p>(iii) (PW 06/01/2006) <strong>Projet de canal</strong>. Voilà un élément nouveau et intéressant qui n'est absolument pas repris dans l'article précédent. (PhC 09/01/2006) Il y a peut-être des indications à trouver dans : DE ROO, R., <strong>De Leuvense vaart. </strong><strong>Een aspect van de economische politiek der Oostenrijkers</strong>, in <i>Handelingen van de koninklijke Kring voor Oudheidkunde, Letteren en Kunst van Mechelen, </i>LV (1951), pp.105-115. (traduction : <i>Le canal de Louvain. Un aspect de la politique économique des Autrichiens, dans les Actes du Cercle royal pour Archéologie, Lettres et Arts de Malines</i>).</p> 2009-09-24T12:43:46Z text/html fr Gilbert THEYS 1994-001 JEAN JACQUES VANDE VEN, SEIGNEUR DE LATHUY ET VICOMTE DE LOUVAIN (1671-1722) (03) http://www.prcv.eu/spip.php?article144 <div class="cs_sommaire cs_sommaire_avec_fond" id="outil_sommaire"> <div class="cs_sommaire_inner"> <div class="cs_sommaire_titre_avec_fond"> Sommaire </div> <ul> <li><a title="C. (Il n&#39;est) Pas receveur général plus longtemps (1717-1720)" href="http://prcv.eu/spip.php?page=backend&id_rubrique=16#outil_sommaire_0">C. (Il n'est) Pas receveur (…)</a></li> <li><a title="D. A nouveau membre du conseil (1721-1722)" href="http://prcv.eu/spip.php?page=backend&id_rubrique=16#outil_sommaire_1">D. A nouveau membre du (…)</a></li> <li><a title="1. Défense de choisir un pensionnaire [aux affaires] extérieures" href="http://prcv.eu/spip.php?page=backend&id_rubrique=16#outil_sommaire_2">1. Défense de choisir un (…)</a></li> <li><a title="Commentaires et questionnement" href="http://prcv.eu/spip.php?page=backend&id_rubrique=16#outil_sommaire_3">Commentaires et questionnement</a></li> </ul> </div> </div><p>Suite de l'article de Gilbert THEYS</p> <p>(page 16)</p> <h3 class="spip" id="outil_sommaire_0"><a title="Sommaire" href="http://prcv.eu/spip.php?page=backend&id_rubrique=16#outil_sommaire" class="sommaire_ancre"> </a>C. (Il n'est) Pas receveur général plus longtemps (1717-1720)</h3> <p>En août 1717, une <i>fin de caisse</i>(y) fut prise au bureau du receveur(z) J.J. Vande Ven. A cette occasion, il paya comptant la somme qu'il devait avoir en caisse pour avoir plus reçu que dépensé.</p> <p>En août 1718, il fit son décompte pour les impôts concernant l'année 1717. Le décompte montrait un découvert de 24.285 florins 17 sous. Donc, cela dessus, une assignation à payer 11.662 florins 18 sous et ensuite une autre ordonnance de 17.707 florins 1 sous lui furent officiellement signifiées. Il paya ces deux ordonnances à temps.</p> <p>Le 22 novembre 1718, <a href="http://prcv.eu/spip.php?breve115" class='spip_in'>Suzanne Thérèse Stockmans</a> [<a href='#nb97' class='spip_note' rel='footnote' title='La deuxième fille de Pierre Stockmans et Anne Marie Schoorebroot. Veuve de (...)' id='nh97'>97</a>], veuve de François Vande Ven, avec <a href="http://prcv.eu/spip.php?breve207" class='spip_in'>Isabelle Cornélia Stockmans</a> [<a href='#nb98' class='spip_note' rel='footnote' title='Célibataire, quatrième fille de Pierre Stockmans et d'Anne Marie Schoorebroot. (...)' id='nh98'>98</a>] ses garants pour moitié, ensemble pour la somme de 20.000 florins, demandèrent aux Etats de Brabant de vouloir l'exonérer de cette caution. Ce fait ajouté à la considération de sa dette sur le subside de l'année 1716 d'une somme de 5.748 florins a fait décider les Messieurs (des Etats) à [procéder à ] une nouvelle <i>fin de caisse</i>. Cette résolution fut portée par lettre, le jour même, à la connaissance du receveur général J.J. Vande Ven. Le receveur général y répondit qu'il ne pouvait satisfaire à cette <i>fin de caisse</i> en raison de l'absence de son official (aa) qui, pendant les vacances de Noël de 1718, était parti en Flandre (bb).</p> <p>En février 1719, Jean ‘t Serstevens, l'official des Etats, fut envoyé à Louvain pour faire avec Louis Hovijn, l'official du receveur général Vande Ven, tous les états des rentes(cc) payées pour le compte de l'année 1718 et des soldes des aides (dd), impôts et autres ressources du duché de Brabant pour la même année. En vain, parce que Jean Jacques Vande Ven renvoya à Bruxelles l'official sans succès tandis que lui se plaignait hautement du tort grave fait à son honneur et à sa réputation en prenant une telle <i>fin de caisse</i> - pour le deuxième fois en un temps si court.</p> <p><strong>(page 17)</strong> Entre-temps, il avait, le 29 janvier 1719, fait son décompte des grandes et petites aides de l'année 1717 et du 20ème denier (ee). Le décompte concernant les aides montrait un déficit de 3.480 florins, celui concernant le subside un déficit de 12.850 florins. Ces décomptes ajoutés à ce qui a été dit plus haut des impôts, donnèrent à ces Messieurs de nouvelles raisons pour mettre à exécution leur résolution du 19 décembre 1718 – la saisie au bureau du receveur général d'une <i>fin de caisse</i> convenable. Le 12 mai 1719, trois membres des Etats de Brabant – un de chaque état, dont le bourgmestre de Louvain Maximilien Eugène vander Dilft [<a href='#nb99' class='spip_note' rel='footnote' title='Seigneur de Borchvliet. premier bourgmestre du 4 septembre 1717 au 29 mars (...)' id='nh99'>99</a>], se rendirent au bureau du receveur Vande Ven à Louvain. Des pièces il apparut que la <i>fin de caisse</i> aboutissait à un déficit de 43. 222 florins 8 sous(ff). Vu la forte somme dont J.J. Vande Ven était redevable au duché de Brabant et en attendant qu'il puisse acquitter cette somme, l'official du greffe, Jean ‘t Serstevens exerça d'abord (l'office de) la recette avec l'official du receveur général de Louvain, Louis Hovijn (17 mai 1710), puis ce dernier (l'exerça seul) lorsqu'il fut pourvu d'une caution adéquate (20 mai 1720). Le garant était Allard van den Steen, président du Collège Milius (gg).</p> <p>A la demande du receveur général lui-même et de ses deux garants, le 21 juin, une échéance de 3 mois lui fut accordée par les Etats pour acquitter ces 43.222 florins 8 sous. Mais dans les six jours, c'est-à-dire avant le 28 juin 1719, il devait venir auprès des Etats signer un acte de résignation dans lequel il déclarerait, entre autres, qu'en cas de non-paiement dans les temps impartis il renoncerait volontairement à sa fonction de receveur général [<a href='#nb100' class='spip_note' rel='footnote' title='ARAB, StvB, 39, 17 mai, 20 mai, 25 mai, 26 mai, 5 juin, 15 juin, 21 juin (...)' id='nh100'>100</a>], ce qui se fit le 11 juillet [<a href='#nb101' class='spip_note' rel='footnote' title='ARAB, StvB, 39, 24 octobre 1719' id='nh101'>101</a>]. Le 24 octobre 1719, une nouvelle échéance de 3 mois lui fut accordée, à nouveau à sa demande et celle de ses deux tantes, étant bien entendu toutefois que les Etats, en cas de non acquittement de la dette à l'échéance impartie, passerait au choix d'un nouveau receveur général [<a href='#nb102' class='spip_note' rel='footnote' title='ARAB, StvB, 39, 24 et 25 octobre 1719' id='nh102'>102</a>]. Le 27 janvier 1720 la dette n'était pas encore acquittée. Les Etats accordèrent à nouveau un délai – cette fois de peu de jours [<a href='#nb103' class='spip_note' rel='footnote' title='ARAB, StvB, 40, 25, 27 et 29 janvier 1720' id='nh103'>103</a>].</p> <p>Le 5 février 1720, les Etats de Brabant prirent connaissance d'une requête de la part d'<a href="http://prcv.eu/spip.php?breve207" class='spip_in'>Isabelle Cornélie Stockmans</a>, le deuxième garant du receveur général, dans laquelle celle-ci demandait aux Etats un délai de trois à quatre mois pour pouvoir vendre ses biens situés en Brabant Wallon et ainsi payer sa caution. A cette requête, les messieurs ne prirent pas de résolution puisqu'un huissier allait faire arrêt sur les revenus des seigneuries Lathuy et Piétrebais qui appartenaient à J.J. Vande Ven [<a href='#nb104' class='spip_note' rel='footnote' title='ARAB, StvB, reg. 40, 5 février 1720.' id='nh104'>104</a>].</p> <p><strong>(page 18)</strong> Avec le consentement du marquis de Prié, trois présentations en exécution avait été réalisées par un huissier, respectivement les 22, 23 et 24 février 1720, au receveur général toujours défaillant, ceci avec la perspective d'un acquittement effectif des 43.222 florins dont il était redevable au duché de Brabant [<a href='#nb105' class='spip_note' rel='footnote' title='ARAB, StvB, reg. 40, 21 et 27 février 1720.' id='nh105'>105</a>]. Jusqu'alors ce n'est que 5.000 florins argent de change [<a href='#nb106' class='spip_note' rel='footnote' title='A propos de « courantgeld – wisselgeld (traduction : argent courant – argent (...)' id='nh106'>106</a>] qui avaient été acquittés [<a href='#nb107' class='spip_note' rel='footnote' title='ARAB, StvB, reg. 27 février 1720' id='nh107'>107</a>] par <a href="http://prcv.eu/spip.php?breve115" class='spip_in'>Suzanne Thérèse Stockmans</a> sur la dette de J.J. Vande Ven. Un huissier devait dresser l'inventaire des meubles et effets à la maison du receveur général et (les) faire estimer [<a href='#nb108' class='spip_note' rel='footnote' title='ARAB, StvB, reg. 4 mars 1720' id='nh108'>108</a>].</p> <p>Le 4 mars 1720, une nouvelle requête d'<a href="http://prcv.eu/spip.php?breve115" class='spip_in'>Isabelle Cornélie Stockmans</a> parvint aux Etats de Brabant. Elle y demanda une période d'un an pour vendre sa ferme près de Nivelles (hh) afin de pouvoir payer par la vente les 10.000 (ii) florins contenus dans sa caution du 21 octobre 1713, ce qui lui fut accordé moyennant intérêt de 25 sous sur la somme due [<a href='#nb109' class='spip_note' rel='footnote' title='ARAB, StvB, reg. 14 mars 1720' id='nh109'>109</a>]. Isabelle opta pour cela. Les 10.000 florins furent avancés par François Offermans d'Anvers [<a href='#nb110' class='spip_note' rel='footnote' title='ARAB, StvB, reg. 14 mars 1720' id='nh110'>110</a>].</p> <p>L'estimation des meubles et biens du receveur général Vande Ven s'éleva à 2.062 florins 12 sous. Le 15 mars 1720 il fut conclu à la saisie-arrêt et la vente publique des meubles. Une requête serait aussi présentée au Conseil de Brabant à charge du receveur « <i>afin qu'il lui soit ordonné de présenter dans les trois jours des effets suffisants pour satisfaire à l'exécution susdite, ou qu'à défaut de cela, il soit accordé aux Messieurs une telle provision de justice, que ce soit par prise de corps ou autre qu'il semblerait convenir au susdit Conseil </i> »<i> </i><i> [<a href='#nb111' class='spip_note' rel='footnote' title='ARAB, StvB, reg. 15 mars 1720' id='nh111'>111</a>]</i>.</p> <p>Entre-temps, le 6 mars 1720, une condamnation de Jean Jacques Vande Ven avait eu lieu par le Conseil de Brabant. Le vicomte de Louvain fut condamné à payer à la ville de Louvain la somme de 32.762 florins 10 sous provenant de divers postes. Il fut aussi condamné au quart des frais de procès. Dans une requête au Conseil de Brabant en date du 15 juin 1718 Vande Ven avait réclamé de la Ville de Louvain la somme de 19.480 florins 11 ½ sous pour honoraires, indemnités pour des actions officielles, voyages et choses semblables pendant le temps qu'il avait été bourgmestre, dont il n'avait pas encore reçu un sou malgré « d'aimables interpellations » [<a href='#nb112' class='spip_note' rel='footnote' title='SAL, 344, fols. 48-49. ARAB, RVB, 958, arrêt 43.' id='nh112'>112</a>].</p> <p>Le 18 mars 1720, les membres des Etats furent convoqués pour le 11 avril pour choisir un nouveau receveur général au quartier de Louvain conformément à la résolution du 25 octobre 1719. Ce jour-là <strong>(page 19)</strong> les deux premiers états décidèrent, en dépit d'une requête de Jean Jacques pour reporter à plus tard, de ne plus postposer le choix d'un nouveau receveur général. Le premier état, les prélats, choisirent Léopold Bernard de Caverson tandis que la majorité des voix de la noblesse allait à Jean Arnaud Crabeels (jj), commissaire ordinaire à la guerre [<a href='#nb113' class='spip_note' rel='footnote' title='ARAB, StvB, reg. 40, 18 mars et 11 avril 1720.' id='nh113'>113</a>]. Aussi longtemps que la dette de l'ex-bourgmestre J.J. Vande Ven ne serait pas complètement payée – pour autant qu'elle ne pourrait pas être récupérée à sa charge – le nouveau receveur général ne gagnerait de son tantième et d'autres émoluments que 1.200 florins par an. Le reste, jusqu'à un montant de 1.800 florins par an, devrait servir à apurer la dette citée de sorte que le pays ne subisse plus de dommages [<a href='#nb114' class='spip_note' rel='footnote' title='ARAB, StvB, reg. 40, 3 août 1720.' id='nh114'>114</a>]. Le 22 octobre 1720, l'avis des trois villes du duché – Louvain, Bruxelles et Anvers – fut donné en lecture aux Etats : le magistrat de ces villes se conformait au choix des nobles fait le 11 avril en la personne de Jean Arnaud Crabeels. Sur ce, les trois Etats nommèrent J.A. Crabeels comme leur receveur général de la ville et du quartier de Louvain [<a href='#nb115' class='spip_note' rel='footnote' title='ARAB, StvB, reg. 40, 22 octobre 1720. Cfr. SAL, 344, fols. 72v-81, 19 avril (...)' id='nh115'>115</a>]. Le 14 décembre 1720, le nouveau receveur, Jean Arnaud Crabeels, prêta serment [<a href='#nb116' class='spip_note' rel='footnote' title='ARAB, StvB, reg. 40, 15 décembre 1720' id='nh116'>116</a>].</p> <p>Le 29 mars 1721, J.J. Vande Ven fut mis en demeure de payer immédiatement quatre quittances, totalisant une somme de 1.584 florins argent de change. Ces quittances furent, le 14 janvier, allégées de la dette dont feu le secrétaire Dierix restait redevable au duché à propos de droit de scel (kk). L'ex-receveur avait donné quittance au curateur de la mortuaire du secrétaire Dierix, Jean Baptist Sneijers36 , respectivement le 5 janvier, les 6 et 8 juillet 1717 et le 22 avril 1719. Mais comme il avait vraiment négligé de mentionner la recette de ces quittances tant dans son compte du droit de scel pour les années 1717 et 1718 que dans l'état de fin de caisse pris dans son bureau le 12 mai 1719, il lui fut réclamé aussi, en plus de la somme précitée de 43.232 florins 8 sous, celle de ces 1.584 florins argent de change [<a href='#nb117' class='spip_note' rel='footnote' title='ARAB, StvB, reg. 40, 29 mars, 3 juillet et 6 octobre 1721.' id='nh117'>117</a>].</p> <h3 class="spip" id="outil_sommaire_1"><a title="Sommaire" href="http://prcv.eu/spip.php?page=backend&id_rubrique=16#outil_sommaire" class="sommaire_ancre"> </a>D. A nouveau membre du conseil (1721-1722)</h3> <p>Ce même 29 mars 1721, les échevins furent renouvelés à Louvain. Le 27 mars, le gouvernement central en avait donné l'ordre. Il fallait aussi qu'un nouveau bourgmestre soit choisi. Le 4ème <strong>(page 20) </strong>des sept échevins nouvellement nommés était J.J. Vande Ven. Le premier bourgmestre fut Peter de Herckenrode [<a href='#nb118' class='spip_note' rel='footnote' title='ARAB, RvSt, 567. SAL, 344, fols. 279 et 286v-284, séance du 29 mars 1721. (...)' id='nh118'>118</a>]</p> <h3 class="spip" id="outil_sommaire_2"><a title="Sommaire" href="http://prcv.eu/spip.php?page=backend&id_rubrique=16#outil_sommaire" class="sommaire_ancre"> </a>1. Défense de choisir un pensionnaire [aux affaires] extérieures</h3> <p>Le nouveau conseil était à peine installé [que] le 30 mars vint de la part du marquis de Prié [<a href='#nb119' class='spip_note' rel='footnote' title='Hercule Joseph Louis Turinetti, marquis de Prié (1658-1726), de 1716 à 1725 (...)' id='nh119'>119</a>] l'interdiction de choisir [<a href='#nb120' class='spip_note' rel='footnote' title='SAL, 344, fols. 296v-298. ARAB, RvSt, 384. L. VAN BUYTEN, o.c., 86 (cette (...)' id='nh120'>120</a>] un nouveau pensionnaire [aux affaires] extérieures [<a href='#nb121' class='spip_note' rel='footnote' title='Celui-ci accompagnait le premier bourgmestre aux assemblées des Etats de (...)' id='nh121'>121</a>]. Cette fonction était depuis la mort du titulaire précédent, Nicolas baron de Eynatten [<a href='#nb122' class='spip_note' rel='footnote' title='Seigneur de Terheyden et de Terhaegen et membre des lignages. Il était marié (...)' id='nh122'>122</a>], vacante depuis quinze mois déjà. Cette interdiction était carrément en contradiction avec les droits et privilèges accordés de tout temps de la ville.</p> <p>L'interdiction de choisir un nouveau pensionnaire [aux affaires] extérieures avait été prise par le Conseil d'Etat le 30 mars et avait été communiquée au nouveau bourgmestre le lendemain tôt matin. Prié craignait en effet que Jean Jacques Vande Ven, qui devait pas mal d'argent aux Etats de Brabant et à la ville de Louvain, soit choisi par le conseil de Louvain comme pensionnaire [aux affaires] extérieures. Il souhaitait devancer cela. Il avait proposé à Vande Ven, vu sa mauvaise situation financière, de se faire élire comme bourgmestre, pour qu'il puisse après l'expiration de son mandat exercer une autre fonction permanente. Mais Vande Ven n'adhéra pas à cette proposition. Prié était persuadé que Jean Laureijs de Vroije serait maintenant choisi comme bourgmestre. Mais par les agissements de Vande Ven, ce fut finalement Peter de Heckerode, de telle façon que la possibilité que VandeVen brigue le pensionnariat restait bien présente. Vande Ven fut alors présenté comme échevin par le gouvernement. Le 30 mars, Prié sut <strong>(page 22)</strong>, dans l'intérêt du pays selon ses dires, persuader les membres présents du Conseil d'Etat, à l'exception du prince de Rubempré, d'interdire au magistrat de la ville de Louvain, jusqu'à nouvel ordre, de passer à l'élection d'un nouveau pensionnaire extérieur [<a href='#nb123' class='spip_note' rel='footnote' title='ARAB, RvSt, 384, Avis du Conseil d'Etat du 30 mars 1721, Minute. ARAB, RvSt, (...)' id='nh123'>123</a>].</p> <p><strong>(page 21)</strong> Illustration 4. Texte du poème anonyme (ARAB, <strong>Raad van Sate</strong> <strong>(traduction : Conseil d'Etat)</strong>, Edité dans L. GALESLOOT, La commune de Louvain, Leuven 1871, 149) Voir texte page suivante.</p> <hr class="spip" /> <h3 class="spip" id="outil_sommaire_3"><a title="Sommaire" href="http://prcv.eu/spip.php?page=backend&id_rubrique=16#outil_sommaire" class="sommaire_ancre"> </a>Commentaires et questionnement</h3> <p>GT = Gilbert Theys. HdC = Henri de Chaignon. PhC = Philippe Cullus. PW = Paul Willot. YC = Yves Clert.</p> <p>(y) (PW 20/12/2005) <strong>Fin de caisse</strong>. En français dans le texte. Signifie sans doute « clôture de caisse ».</p> <p>(z) (PW 06/01/2006) <strong>Receveur général</strong>. Jean est appelé receveur général. Jacques est parfois appelé receveur général parfois receveur. Jean Jacques est généralement appelé receveur. C'est un hasard où le fait est-il significatif ? (PhC 09/01/2006) Je ne pense pas que ce soit significatif. (GT 21 janvier 2006) Ils sont tous les trois receveur-général.</p> <p>(aa) (PhC 20/12/2005) <strong>official</strong> : le mot est couramment employé pour désigner l'ecclésiastique qui, dans un évêché, est chargé de faire régner la justice ecclésiastique. Ce n'est évidemment pas de cela qu'il s'agit ici. Il faudra voir dans Brughmans s'il y a l'une ou l'autre indication.</p> <p>(bb) (PhC 20/12/2005) <strong>Flandre ou Flandres ?</strong> Je suis partisan d'écrire en Flandre. Si on tient à Flandres, il faudrait écrire 'dans les Flandres', mais ce mot désigne, à l'époque, nos régions, alors que le mot Flandre, au singulier, concerne le comté de Flandre. Or, à Louvain, au XVIIe siècle, on est, pour un Français ou un Espagnol, dans les Flandres, mais on n'est pas en Flandre, où est retourné l'official du receveur.</p> <p>(cc) (PW 20/12/2005) <strong>Rente</strong>. C'était donc le receveur général qui payait les rentes. Il paya donc, entre autres, les rentes dont avait hérité sa sœur Ida Cornélia. Voir à ce propos les deux lettres de janviers 1742 qu'un des successeurs de Jean Jacques Vande Ven, le cousin BAELMANS, adresse Ida Cornélia en réponse sans doute à ses questions.</p> <p>(dd) (PhC 20/12/2005) Je tiens à la traduction de '<strong>bede</strong>' par 'aide'.</p> <p>(ee) (PhC 20/12/2005) <strong>L'impôt du 20</strong><strong>ème</strong> denier consistait en paiement d'un vingtième – donc 5 % - de son revenu annuel. Cela semble peu mais, d'une part, les services publics de l'époque étaient quasi inexistants, et, d'autre part, il était courant que le gouvernement central exige quatre vingtièmes au lieu d'un…</p> <p>(ff) (PW 20/12/2005) <strong>Dette de 43.222 florins</strong>. Le fils a un déficit d'un montant approximativement semblable à celui du père … en trois ans. Le père avait sans doute utilisé cet argent pour reconstruire « Van ‘t Sestichhuis » et le château de Geetbets. Mais qu'en a fait le fils qui était célibataire … ??? (GT 23 janvier 2006) A mon avis, les deux faits n'ont rien à voir l'un avec l'autre. (PW 8 juin 2006) La comparaison du volume des sommes permet de se poser la question : qu'a fait le fils avec une pareille somme ?</p> <p>(gg) (PW 20/12/2005) <strong>Absence de références aux sources</strong>. Il est étonnant de constater qu'aucune source n'est mentionnée pour toutes les transactions décrites dans ce paragraphe. (GT 23 janvier 2006). A vérifier aux AGR Bruxelles.</p> <p>(hh) (PW 21/12/2005) <strong>Ferme près de Nivelles</strong>. S'agit-il de la ferme de Spilmont près de Nivelles dont on trouve trace à plusieurs reprises dans les lettres de Guazzo de la Motte, l'homme d'affaires de Pierre de Chaignon qui gère pour lui une ferme à Spilmont. C'est peut-être aussi une grande propriété qui a déjà été divisée dans l'héritage de Pierre Stockmans. (GT 23 janvier 2006) A mon avis, la ferme de Spilmont se trouvait à Lubbeek. Voir le testament d'Ida Cornélia Van de Ven et/ou l'inventaire de la mortuaire. A vérifier.</p> <p>(ii) (PW 09/01/2006) <strong>Garantie de 10.000 florins</strong>. YC signale que les Archives de la famille de Chaignon possèdent l'état comptable de la situation respective des Etats de Brabant et de la Demoiselle Stockmans. Nous avions tout d'abord affecté ce texte à Suzanne Thérèse Stockmans mais à y regarder de plus près il s'agit plutôt d'Isabelle Cornélie Stockmans, la sœur célibataire (d'où le nom de Demoiselle) de Suzanne Thérèse Stockmans. Le détail des comptes confirme également les assertions de l'article de GT. Cela me parait intéressant. J'en joins la transcription/traduction aux présents commentaires. Je n'ai pas modifié les dates de nos commentaires d'époque (il y a 18 mois). Photocopies du texte original et la transcription/traduction se trouvent sur le CD-Rom des textes en « <strong>non daté-014</strong> ».</p> <p>(jj) (YC 11/01/2006) On retrouve <strong>Crabeels</strong> partout y compris dans l'Etat comptable situation Demoiselle Stockmans : 3ème article du texte. A qui profite le crime… ? Page 26-27 (2- Seigneuries de Piétrebais…) On retrouve de nouveau le mec Crabeels ! ! ! Plusieurs noms circulent…entre les lignes des épistoliers, mais ce serait pure interprétation que de leur prêter de mauvaises intentions ! N'est-ce pas monsieur Crabeels ? (PW 11/01/2006) Mais qu'est-ce que Crabeels a fait à YC ? …(kk) (PhC 24/12/2005) <strong>Droit de scel/timbre</strong> : il est possible qu'il faille traduire par droit de scel, mais le sens est le même. (GT 24 janvier 2006) En effet droit de scel vaut mieux.</p> <p>(ll) (PhC 24/12/2005) Note 77 : <strong>gildedeken = doyen de gilde</strong>. Il est possible qu'il n'y en ait qu'un, je verrai cela sans doute dans Brughmans, et dans ce cas il pourrait être doyen des gildes, mais grammaticalement ce n'est pas ce que dit le mot employé.(mm) (PhC 27/12/2005) Note 80 : il s'agit d'avoir une <strong>personne dévouée</strong> au pouvoir central (c'est l'emploi du pronom 'haar' qui l'indique).</p> 2009-09-24T12:37:13Z text/html fr Gilbert THEYS 1994-001 JEAN JACQUES VANDE VEN, SEIGNEUR DE LATHUY ET VICOMTE DE LOUVAIN (1671-1722) (02) http://www.prcv.eu/spip.php?article143 <div class="cs_sommaire cs_sommaire_avec_fond" id="outil_sommaire"> <div class="cs_sommaire_inner"> <div class="cs_sommaire_titre_avec_fond"> Sommaire </div> <ul> <li><a title="4. Requête de quelques doyens (h) au Conseil d&#39;Etat (1713)" href="http://prcv.eu/spip.php?page=backend&id_rubrique=16#outil_sommaire_0">4. Requête de quelques doyens</a></li> <li><a title="5. Paix d&#39;Utrecht (1713)" href="http://prcv.eu/spip.php?page=backend&id_rubrique=16#outil_sommaire_1">5. Paix d'Utrecht (1713)</a></li> <li><a title="B. (Il n&#39;est) Plus membre du Conseil (1713-1721)" href="http://prcv.eu/spip.php?page=backend&id_rubrique=16#outil_sommaire_2">B. (Il n'est) Plus membre (…)</a></li> <li><a title="1. La clé en or restituée à la ville (x)" href="http://prcv.eu/spip.php?page=backend&id_rubrique=16#outil_sommaire_3">1. La clé en or restituée (…)</a></li> <li><a title="Commentaires et questionnement" href="http://prcv.eu/spip.php?page=backend&id_rubrique=16#outil_sommaire_4">Commentaires et questionnement</a></li> </ul> </div> </div><p>Suite de l'article de Gilbert THEYS</p> <h3 class="spip" id="outil_sommaire_0"><a title="Sommaire" href="http://prcv.eu/spip.php?page=backend&id_rubrique=16#outil_sommaire" class="sommaire_ancre"> </a>4. Requête de quelques doyens (h) au Conseil d'Etat (1713)</h3> <p>A cette même session du conseil du 11 avril 1713, J.J. Vande Ven rapporta que quelques personnes agitées(i), en ville, n'avaient pas craint – sans que le magistrat de la ville ne soit mis au courant ou qu'il ait donné son autorisation, de demander non seulement aux doyens alors en fonctions, mais même à divers bourgeois/citoyens honorables, (d'apposer) leur signature sous un document qui était en contradiction avec les règlements et le service de Sa Majesté . Le conseil décida de demander au maïeur(j) de faire immédiatement une enquête préparatoire à charge de ces personnes zélées. Par l'intervention du maire, le conseil voulait éviter/prévenir des difficultés ultérieures ou plus grandes « et que peut-être, ce qu'à Dieu ne plaise, Sa Majesté n'y voie un crime de lèse-majesté, cet acte étant séditieux » [<a href='#nb124' class='spip_note' rel='footnote' title='SAL. 340, fol. 269, 11 avril 1713. ARAB, Office fiscal, (Portefeuilles), (...)' id='nh124'>124</a>]. Qu'était-il arrivé ? Des doyens, anciens doyens et autres habitants de la ville s'étaient adressés par requête au Conseil d'Etat(l) pour demander conformément aux privilèges de la ville le renouvellement du magistrat de la ville [<a href='#nb125' class='spip_note' rel='footnote' title='Conseiller (issu) des lignages du 20 août 1705 jusqu'au 31 mai 1713. (...)' id='nh125'>125</a>].</p> <p>A la première session du conseil qui suivit, celle du 17 avril 1713, le bourgmestre lut la requête qui était présentée au Conseil d'Etat par des gens zélés qui se nommaient eux-mêmes doyens en fonction et anciens doyens et il demanda si le bourgmestre faisant fonction, François de Vroije [<a href='#nb126' class='spip_note' rel='footnote' title='Conseiller (issu) des lignages du 20 août 1705 jusqu'au 31 mai 1713. (...)' id='nh126'>126</a>] (m), et le bourgmestre issu des métiers, quatrième membre de la ville, Jean Baptiste Sneijers [<a href='#nb127' class='spip_note' rel='footnote' title='Bourgmestre issu des métiers du 27 septembre 1704 jusqu'au 31 mai 1713 et du (...)' id='nh127'>127</a>], avaient jamais donné aux corporations/métiers, pendant son absence, l'autorisation de se réunir. Leur réponse fut négative, conformément au règlement royal de 1662 [<a href='#nb128' class='spip_note' rel='footnote' title='Le « Règlement de Sa Majesté sur l'Administration des Biens et des Ressources (...)' id='nh128'>128</a>]. Ils n'avaient jamais non plus été sollicités à ce sujet. En second lieu, le bourgmestre demanda si les messieurs du magistrat avaient interdit au pensionnaire d'inscrire dans les résolutions magistrales ses lettres respectives du 23 février et du 20 mars. Cette réponse aussi fut négative. En troisième lieu, le bourgmestre demanda au magistrat si celui-ci ne trouvait pas utile qu'il s'informe si la requête au Conseil d'Etat était présentée au nom des corporations ou au nom des particuliers, ce qui lui fut accordé [<a href='#nb129' class='spip_note' rel='footnote' title='SAL, 340, fols. 272v-273, 17 avril 1713' id='nh129'>129</a>] (o).</p> <p>Par conséquent le bourgmestre fit convoquer le jour suivant à l'hôtel de ville, les doyens en service, quatrième membre de la ville. Ils se présentèrent ensemble avec les deux bourgmestres, le pensionnaire et les 'bons hommes (p)' des métiers, 57 au total. Le bourgmestre commença par la lecture de la requête présentée en leur nom. Ensuite, il leur demanda s'ils avaient donné en corps une procuration pour ce faire, s'ils avaient bien connaissance de cette requête, s'ils étaient prêts à l'avouer ou à la désavouer(q). Là-dessus, dix à douze doyens firent un grand raffut. Lorsque le bourgmestre remarqua que le nombre de doyens qui voulaient donner leur aval la requête était plus important que le nombre de ceux qui voulaient la désavouer, il ordonna que, puisque cette affaire avait une telle importance, tous les doyens, chacun séparément, viendraient voter. Comme certains doyens se disposaient à partir, les deux bourgmestres interdirent aux doyens présents, sous peine de 10 réaux d'or, de quitter l'hôtel de ville et même la salle de réunion. A la question posée à chacun des doyens en particulier s'il avait eu connaissance, avait donné commission, avait laissé procuration, ou avait donné son aval au contenu de la requête présentée au nom des doyens, 24 des doyens présents répondirent négativement. Les 12 restants avaient, malgré l'interdiction, quitté la salle et même l'hôtel de ville [<a href='#nb130' class='spip_note' rel='footnote' title='SAL, 340, fols. 274-276, 18 avril 1713.' id='nh130'>130</a>].</p> <p>Les doyens, anciens doyens et autres (membres) des métiers n'en restèrent pas là et s'adressèrent de nouveau au Conseil d'Etat. Aux raisons qui les avaient incités à s'adresser au Conseil d'Etat, ils ajoutèrent cette fois que les comptes devaient être examinés, chose d'ailleurs pour laquelle le bourgmestre devait être assigné au Conseil de Brabant par les doyens des gildes, troisième membre de la ville [<a href='#nb131' class='spip_note' rel='footnote' title='Allusion à l'ordonnance du Conseil de Brabant aux échevins de Louvain, (...)' id='nh131'>131</a>]. Ils dirent aussi que le bourgmestre avait été souvent absent de la ville sans le su ou l'approbation du magistrat, que tout ce que les doyens, qui, pendant cette magistrature, avaient dû faire avaient fait de grands frais pour leurs métiers/corporations respectifs <strong>(page 12)</strong>, ils ne pouvaient porter plus longtemps cette charge.</p> <p>Chacun à Louvain souhaitait selon eux le changement du magistrat de la ville, excepté ceux qui voyaient leur intérêt particulier dans sa prolongation, en particulier le bourgmestre qui en plus était investi d'un autre emploi tout à fait notable et lucratif, à savoir celui de receveur des Etats de Brabant au quartier de Louvain, ce qui, selon les requérants(r) », selon le règlement de 1662, est incompatible avec la fonction de bourgmestre. Le bourgmestre avait proposé au magistrat actuel, dont la plupart (des membres) souhaitaient la prolongation pour pouvoir poursuivre leur fonction, de charger le maire de Louvain de mener la nécessaire enquête préparatoire à charge de ceux qui avaient signé la requête, en qualifiant cette signature d'acte séditieux. Le maire(s) était déjà occupé pendant trois jours avec son enquête. Les requérants demandèrent de laisser se faire le changement de magistrat et d'interdire au maire et au magistrat actuel d'enquêter plus avant [<a href='#nb132' class='spip_note' rel='footnote' title='ARAB, Office-Fiscaal, (Portefeuilles), grand n° 517, dossier 4567, Deuxième (...)' id='nh132'>132</a>].</p> <p>A la requête du Conseil d'Etat du 23 avril 1713, Bauwens [<a href='#nb133' class='spip_note' rel='footnote' title='Paul François Bauwens, nommé conseiller le 7 mai 1711, décéda à Bruxelles le 3 (...)' id='nh133'>133</a>] et Charliers [<a href='#nb134' class='spip_note' rel='footnote' title='Antoine François Charlier, né à Overijse, fut avocat fiscal par lettres (...)' id='nh134'>134</a>], respectivement conseiller et avocat fiscal (t) au Conseil de Brabant, furent envoyés le 25 avril 1713 à Louvain pour faire la nécessaire enquête préparatoire. Du rapport de l'avocat fiscal, il apparut que les faits présentés par les doyens dans leur deuxième requête étaient justes. Bourgmestre Vande Ven avait été en dehors du pays quelques mois [<a href='#nb135' class='spip_note' rel='footnote' title='Du 6 novembre 1712 au 27 mars 1713. J.J. Vande Ven avait fait partie de la (...)' id='nh135'>135</a>] sans en avoir reçu mandat du magistrat et sans lui avoir fait part des raisons de son absence. Et à son retour à Louvain, 27 mars 1713, il avait immédiatement convoqué le magistrat pour le jour suivant, où il avait essayé de faire prendre cette position contre le Conseil d'Etat …</p> <p><strong>(page 13)</strong> Illustration n° 3. – La clé en or offerte par Charles III à la ville de Louvain (1710) (Photo Léopold Oosterlynck)</p> <p><strong>(page 14)</strong> … nouvellement installé par les puissances maritimes au nom de l'empereur [<a href='#nb136' class='spip_note' rel='footnote' title='Les puissances maritimes, la Grande Bretagne et la République des (...)' id='nh136'>136</a>]. Selon le bourgmestre il était inouï d'anéantir tout un conseil sans un jugement, sans que quelque chose ne soit mis à sa charge et à l'insu du souverain. Il avait essayé de pousser le magistrat à se joindre à la résolution que les Etats de Brabant prendraient ce jour sur cette affaire. La réaction des autres membres du magistrat aux propositions du bourgmestre avait été tout sauf enthousiaste. Ils avaient trouvé une telle intervention assez prématurée et l'approbation d'une résolution avant qu'on en connaisse le contenu pour le moins inconvenante. Vande Ven, à qui n'avait pas échappé l'accueil froid que sa proposition avait rencontré, avait là-dessus clôturé la réunion sans faire de proposition ou sans demander de résolution [<a href='#nb137' class='spip_note' rel='footnote' title='ARAB, Office-fiscaal, (Portefeuilles), grand n° 517, dossier 4566, Resultaet (...)' id='nh137'>137</a>].</p> <h3 class="spip" id="outil_sommaire_1"><a title="Sommaire" href="http://prcv.eu/spip.php?page=backend&id_rubrique=16#outil_sommaire" class="sommaire_ancre"> </a>5. Paix d'Utrecht (1713)</h3> <p>Le 11 avril 1713, la paix entre la Grande-Bretagne et les Provinces-Unies d'une part et la France d'autre part était signée (Paix d'Utrecht). Le 23 avril, le magistrat de la ville de Louvain en fut officiellement informé [<a href='#nb138' class='spip_note' rel='footnote' title='SAL, 340, fol. 279-280, 23 avril 1713.' id='nh138'>138</a>].</p> <p>Comme l'affaire des deux citoyens louvanistes retenus à Bruxelles par les Etats avait été de nouveau délaissée, le magistrat de la ville envoya le 4 mars 1713 Simon de Herckenrode [<a href='#nb139' class='spip_note' rel='footnote' title='Seigneur de Steenbergen. Conseiller issu des lignages du 18 juillet 1695 au (...)' id='nh139'>139</a>] pour y remédier. Dans la séance du conseil du 17 mai, cette mission fut renouvelée [<a href='#nb140' class='spip_note' rel='footnote' title='SAL, 340, fol. 283, 17 mai 1713.' id='nh140'>140</a>].</p> <p>(page 15)</p> <h3 class="spip" id="outil_sommaire_2"><a title="Sommaire" href="http://prcv.eu/spip.php?page=backend&id_rubrique=16#outil_sommaire" class="sommaire_ancre"> </a>B. (Il n'est) Plus membre du Conseil (1713-1721) </h3> <p>Le renouvellement de (tout) le magistrat de la ville se passait à Louvain chaque année le 23 juin, la veille de la fête de Saint-Jean-Baptiste. Sinon, le conseil en fonctions était reconduit pour un an. Un règlement du 17 décembre 1696 [<a href='#nb141' class='spip_note' rel='footnote' title='Vu/considéré comme la xème addition/correction au règlement du 1er avril 1662 (...)' id='nh141'>141</a>] laissa toutefois le renouvellement des échevins à la décision du gouverneur général. Ainsi le magistrat de 1695 resta en fonction jusqu'en 1699, celui de 1700 jusqu'en 1704, et celui de 1704 jusqu'en 1713. Régulièrement Jean Jacques Vande Ven arrivait en tête auprès des échevins issus des lignages proposés au gouvernement [<a href='#nb142' class='spip_note' rel='footnote' title='ARAB, Regentieraad van State (traduction : Conseil de la Régence d'Etat), (...)' id='nh142'>142</a>]. En 1713, il ne fut toutefois pas proposé. Le 27 mai 1713, le gouvernement central marqua son accord sur le renouvellement de la loi(v), ce qui se fit le 31 mai. Le bourgmestre issu des lignages fut Jean Laureys de Vroije [<a href='#nb143' class='spip_note' rel='footnote' title='SAL, 340, fol. 304-307v, 31 mai 1713. Jean Laureijs de Vroije, seigneur de (...)' id='nh143'>143</a>]. L'ancien bourgmestre J.J. Vande Ven fut toutefois confirmé par les Etats de Brabant comme receveur général au quartier de Louvain [<a href='#nb144' class='spip_note' rel='footnote' title='ARAB, StvB, reg. 33, 8 juin 1713.' id='nh144'>144</a>]. Après avoir désigné des garants suffisants il put le 21 octobre 1713 prêter le serment [<a href='#nb145' class='spip_note' rel='footnote' title='ARAB, StvB, reg. 33, 21 octobre 1713.' id='nh145'>145</a>].</p> <h3 class="spip" id="outil_sommaire_3"><a title="Sommaire" href="http://prcv.eu/spip.php?page=backend&id_rubrique=16#outil_sommaire" class="sommaire_ancre"> </a>1. La clé en or restituée à la ville (x)</h3> <p>Parce que l'ex-bourgmestre J.J. Vande Ven gardait chez lui depuis le 7 septembre 1710 la clé en or que Charles III avait offerte à la ville le 5 septembre 1710 et qu'il n'avait donné aucune suite à la demande répétée faite par son successeur Jean Laureijs de Vroije de rendre la clé à la ville, le conseil, le 24 avril 1716, envoya un notaire avec prière de rendre immédiatement la clé en or. La réponse de Jean Jacques fut qu'il voulait en premier lieu écrire à l'empereur à ce sujet ou bien, si les messieurs voulaient attendre jusqu'à ce que le prince Eugène qui était attendu dans la ville soit arrivé, qu'il voulait le laisser décider à ce sujet.</p> <p>Une requête du magistrat de Louvain au Conseil de Brabant du 25 avril 1716 eut comme conséquence que le vicomte de Louvain fut, le même jour, par injonction judiciaire provisoire, sommé de rendre la clé d'or. Signification et réclamation suivirent respectivement les 27 et 28 avril 1716.</p> <p>Jean Jacques Vande Ven signifia son opposition en alléguant qu'il avait été contacté seulement verbalement, jamais par écrit, même pas par le notaire du magistrat. Aussi, il n'avait jamais su qui avait donné au bourgmestre J.L. de Vroije mission de réclamer la clé en or. <strong>(page 16)</strong> Troisièmement, J.J. Vande Ven demanda une décharge en bonne forme et légale en restitution de la clé. Ces trois points lui furent accordés par le conseil, sur quoi le pensionnaire de la ville se rendit le 29 avril chez le receveur général qui restitua immédiatement la clé. Auparavant, il l'avait toutefois fait examiner par un orfèvre. Le Conseil de Brabant prononça son jugement définitif le 7 mai 1716. Jean Jacques ne dut pas seulement restituer la clé en or. Il fut, en outre, condamné à payer les frais du procès – 38 florins 18 ½ sous [<a href='#nb146' class='spip_note' rel='footnote' title='SAL, 342, fols. 68-68v et 75v-81. SAL, 2110. ARAB, RVB, 950, arrêt 31, 7 mai (...)' id='nh146'>146</a>].</p> <hr class="spip" /> <h3 class="spip" id="outil_sommaire_4"><a title="Sommaire" href="http://prcv.eu/spip.php?page=backend&id_rubrique=16#outil_sommaire" class="sommaire_ancre"> </a>Commentaires et questionnement</h3> <p>GT = Gilbert Theys. HdC = Henri de Chaignon. PhC = Philippe Cullus. PW = Paul Willot. YC = Yves Clert.</p> <p>(h) (PhC 17/12/2005) <strong>Doyens</strong> : dans le contexte de ce que nous étudions, ce sont les chefs des corporations de métiers ou des gildes de marchands. A propos des doyens et des métiers : A partir du XIIe siècle, on constate que la justice est rendue à Louvain par un banc d'échevins du duc de Brabant, composé de sept membres et présidé par un mayeur/maïeur (le maire, le meier de nos textes). Ils étaient désignés parmi les lignages louvanistes les plus anciens et les plus éminents… A côté de ces fonctions judiciaires, les échevins ont, comme aujourd'hui en somme, des fonctions administratives, dans lesquelles ils étaient assistés par deux bourgmestres et par des jurés. Ensemble, ces personnes forment le Conseil de la ville, mais il leur arrive aussi de consulter une assemblée plus vaste, le Conseil élargi. A la mort de Henri III (1261) des dissensions éclatent entre les lignages louvanistes dont certains s'appuient sur les masses populaires. Une fois l'ordre rétabli, 25 corporations de métiers sont reconnues, mais sur le plan politique et économique, la suprématie reste à l'administration patricienne, donc aux lignages. Un siècle plus tard, nouveaux troubles, causés notamment par la lourde charge financière que font peser les travaux de fortification de la ville. Ces troubles durèrent de 1360 à 1383 et aboutirent au partage du pouvoir politique entre les lignages et les métiers, les lignages obtenant néanmoins une importance légèrement supérieure à celle des corporations, lesquelles représentaient cependant un nombre plus grand de citoyens. A quelques détails près, l'organisation et l'administration de la ville restèrent telles qu'il avait été décidé en 1383 jusqu'à la fin de l'Ancien Régime. (d'après la notice de Raymond Van Uytven dans 'Communes de Belgique, dictionnaire d'histoire et de géographie administrative' édité par Hasquin pour le Crédit Communal de Belgique, tome IV, au mot 'Leuven' (version française).Les doyens dont il est question dans notre texte sont visiblement les chefs des corporations de métiers, et non les chefs de gildes marchandes. Ils représentent 'le quatrième membre de la ville', les trois autres étant donc la noblesse, le clergé, les lignages. (PhC 28/12/2005). Galesloot désigne l'ensemble des doyens sous le nom de « <strong>décanie</strong> ». L. GALESLOOT, o.c., 140.</p> <p>(i) (PhC 17/12/2005) <strong>Ijverig</strong> : traduire par 'agité' me paraît, en français, un peu tendancieux, digne d'un Sarkozy, parce qu'un agité, pour moi, c'est un fou, et je me refuse à qualifier de fou tout qui pose un acte politique par ce seul fait qu'il ose le poser. Malheureusement, le dictionnaire ne me donne le choix qu'entre empressé, zélé, ardent, passionné, diligent, actif, mais aussi jaloux ou envieux, et c'est finalement peut-être ce dernier terme qui conviendrait le mieux. (YC 11/01/2006) Un petit clin d'œil à la traduction !!!.</p> <p>(j) (PhC 17/12/2005) <strong>Meier</strong> : je sais que le dictionnaire Gallas traduit par 'bailli', mais dans l'histoire des institutions du duché de Brabant sous l'Ancien Régime, 'meier' se traduit par 'maire' étant bien entendu que, sous l'Ancien Régime, le maire d'une seigneurie n'est pas exactement la même chose que le maire ou le bourgmestre d'une commune française ou belge d'aujourd'hui, notamment parce que le maire d'Ancien Régime a des fonctions judiciaires. (GT 18 janvier 2006) Il vaut mieux écrire maïeur/mayeur au lieu de maire, pour ne pas confondre.</p> <p>(k) (PhC 17/12/2005) Dans la note 33 on ne peut pas traduire Université Libre de Bruxelles par <strong>Vrije Universiteit Brussel</strong> parce qu'il s'agit de deux universités différentes, l'une francophone, l'autre néerlandophone, et la thèse a été défendue devant l'université néerlandophone. (GT 18 janvier 2006) Exact.</p> <p>(l) (PhC 17/12/2005) Le <strong>Conseil d'Etat</strong> est alors un organe du gouvernement central des Pays-Bas Autrichiens, tandis que le Conseil de Brabant est un organe du gouvernement provincial du duché de Brabant. (GT 18 janvier 2006) Un organe juridique du duché de Brabant. Entre temps la thèse de Mr Honacker a été imprimée.</p> <p>(m) (PhC 28/12/2005) Galesloot utilise l'orthographe « <strong>Devroye</strong> ». L. GALESLOOT, o.c., 148 note 2.</p> <p>(n) (PhC 17/12/2005) Pour la note 37, je conserverais le <strong>titre néerlandais</strong> du règlement et j'en mettrais la traduction entre parenthèses, parce que celui qui chercherait dans les archives ou en bibliothèque ne le trouvera que par son vrai titre, néerlandais. (PW 17/12/2005) Exact mais …une partie des lecteurs francophones et surtout français ne comprendra pas ces titres. J'ai donc opté pour une solution intermédiaire : les titres restent en gras/italique et dans leur langue d'origine mais sont suivi éventuellement d'une traduction en français en italique mais sans gras, entre parenthèses et précédée du mot <i>traduction</i>. Cela devrait éviter toute confusion. (PhC 19/12/2005) D'accord.</p> <p>(o) (PhC 17/12/2005) Pour le <strong>paragraphe terminé par la note 38</strong> : je ne comprends pas bien si bourgmestre a demandé au magistrat si celui-ci trouvait utile que lui, bourgmestre, s'informe (après la séance en cours) sur le point de savoir si la requête est présentée au nom des corporations ou au nom de particuliers, ou s'il a demandé si le magistrat n'avait pas trouvé utile de s'informer, lui, le magistrat, …. Il me semble que les derniers mots 'ce qui lui fut accordé' doivent nous faire pencher pour la première solution.</p> <p>(p) (PhC 17/12/2005) Je ne sais pas non plus à quoi correspondent les '<strong>goede mannen</strong>' des métiers. Il s'agit sans doute de quelques personnes qui entourent et conseillent le doyen de chaque corporation. Il faudrait peut-être essayer de trouver en bibliothèque l'ouvrage V. BRUGHMANS, Les anciennes institutions politiques de Louvain, publié à Louvain en 1931, 287 pages….</p> <p>(q) (PhC 28/12/2005) On peut utiliser l'expression « <strong>avouer ou désavouer la requête</strong> ». L. GALESLOOT, o.c., 141.</p> <p>(r) (PW 17/12/2005) S'agit-il d'un <strong>auditeur des requêtes</strong> ? (PhC 19/12/2005) Non, de ceux qui ont déposé une requête. Ce sont donc des requérants, ou des demandeurs.</p> <p>(s) (PW 17/12/2005) La fonction de « <strong>meyer</strong> » semble différente de celle du bourgmestre ? Est-il possible de savoir ce qu'elle est exactement ? (PhC 19/12/2005) Voir la note (j). 'meyer', 'meier', 'mayeur', 'maïeur', 'maire', sont sous l'ancien régime des personnes désignées par le seigneur pour réunir et présider la réunion des échevins appelés à prendre certaines décisions, notamment en matière de justice foncière et même pénale (pour les infractions les moins graves). On rencontre des maires dans les localités, les seigneuries même les plus petites. Le bourgmestre, lui, toujours sous l'ancien régime, était le chef du magistrat urbain, dont il présidait les réunions, et il représentait la ville. Cette fonction est apparue à la fin du moyen âge. Les bourgmestres étaient parfois deux. Elus par les personnes les plus influentes de la ville, ils furent de plus en plus souvent désignés par le pouvoir central, éventuellement sur des listes proposées par le magistrat local, lequel était composé d'échevins, de conseillers, éventuellement groupés en différents groupes socio-politiques (pas des partis, mais, par exemple, les représentants des corporations, les représentants des gildes), ce qui explique qu'il ait pu y avoir deux bourgmestres dans la même ville. Pour ce qui est de Louvain, le maire était l'officier de justice du prince ayant compétence non seulement sur le territoire de la ville de Louvain, mais encore sur toute la région environnante, alors que le bourgmestre n'était compétent qu'en ville, et pas pour les matières judiciaires.</p> <p>(t) (PhC 19/12/2005) <strong>Avocat fiscal</strong> (Ancien Régime). Officier institué à l'époque des ducs de Bourgogne auprès des conseils et des cours de justice princières ; c'est un conseiller chargé de défendre les droits du prince et de plaider, en son nom, dans les causes où celui-ci était partie. L'avocat fiscal était l'un des membres de l'Office fiscal desdits conseils et cours. (Dictionnaire d'Histoire de Belgique déjà cité). (PhC 29/12/2005) C'est bien le « fiscal » qu'il faut dire. L. GALESLOOT, o.c., 141.</p> <p>(u) (PW 17/12/2005) Il ne doit pas s'agir des mêmes « <strong>doyens</strong> » qu'en (f). De quelle fonction s'agit-il ? (PhC 19/12/2005) Il faudrait le demander à GT, parce que, en soi, le mot 'doyen' peut désigner le chef d'une corporation d'artisans (doyen de la corporation des tisserands), le chef d'une gilde marchande (doyen des drapiers), un membre de la hiérarchie monastique (doyen d'un prieuré), un membre de la hiérarchie ecclésiastique séculière (le curé-doyen d'Enghien), le président d'une faculté (le doyen de philo et lettres), etc., etc. Puisque le seigneur de Steenbergen était conseiller des lignages, il y a fort à parier qu'il n'était pas membre d'une corporation, mais plutôt d'un groupe de marchands, d'entrepreneurs (au sens large) donnant du travail à l'une ou l'autre corporation. (PhC 28/12/2005) Dans les annexes du texte de Galesloot, tu trouveras un texte de 1684 (p.291-292) expliquant ce qu'étaient les 'guilde dekens', à Louvain. Jusqu'à preuve du contraire (éventuellement trouvé dans Brughmans que je dois voir la semaine prochaine), il faut revoir mes propres notes et indications sur les doyens, basées sur des notions plus générales que le cas particulier de Louvain.On voit ici qu'à Louvain, les doyens de gildes sont des bourgeois qui ne font pas de commerce mais vivent de leurs rentes, ou, à défaut, des licenciés en droit et avocats.Ils sont cooptés, en ce sens qu'à la mort de l'un d'eux, les autres désignent un successeur.Ces doyens présentent chaque année au gouverneur général 12 personnes des lignages de la ville, dont trois parmi eux (les doyens), six en dehors du commun ou métiers, pour en former les 7 échevins dont le gouverneur général choisit quatre des lignages, un des doyens de gilde et deux du commun. Cette formulation alambiquée fait supposer que la liste de présentation proposée par les doyens au gouverneur général comprend 12 personnes des lignages dont3 doyens de gilde, 6 qui ne sont pas membres des métiers et il en reste 3 dont je suppose qu'ils sont eux membres des métiers. Dans cette liste, le gouverneur général choisit 7 échevins dont 4 dans les représentants des lignages, 1 dans les représentants des gildes (peut-il être aussi membre d'un lignage ? mystère), et deux dans les représentants du commun (c'est-à-dire des métiers).Mais ça se corse : Les mêmes doyens de gilde choissent le conseil de la ville, formé de 11 personnes des lignages, parmi lesquelles les chefs-doyens des métiers choisissent le premier bourgmestre de la ville.Ils choisissent encore 4 personnes des lignages pour former le corps des juges, nommé la draperie (!), et les métiers en choissent 4 autres parmi les doyens de gilde. Les huit personnes ainsi choisies forment ce corps des juges, appelé aussi siège de justice qui est compétent pour tout se pèse, se compte ou se mesure, ainsi que pour les salaires des domestiques. Ces huit personnes forment le troisième membre de la ville.Enfin, les doyens de gilde choissent parmi eux et à la pluralité des voix un receveur de la ville. Aux pages 302-303 de l'ouvrage de Galesloot, on trouve une liste des doyens des métiers en 1791 (ce qui est bien plus tardif bien sûr). On voit qu'il y a de deux à quatre doyens par corporation. Ces corporations sont les bouchers, les boulangers, les brasseurs, les chirurgiens, les tailleurs d'habits, les fripiers, les boutiquiers, les tondeurs de draps, le 'grand métier' (?), les jardiniers et fruitiers, les faiseurs de peignes, les maçons, les meuniers, les plaqueurs/plafonneurs, les forgerons, les cordonniers, les savetiers, les couvreurs, les charpentiers, les graissiers, les poissonniers, les tisserands, les tanneurs et bourreliers, les marchands de vin. (GT 21 janvier 2006) Doyens provient du latin « decanus » (10ème homme ; quelqu'un à la tête de 10 hommes).</p> <p>(v) (PhC 20/12/2005) <strong>renouvellement de la loi</strong> : il ne s'agit pas de renouveler un texte, mais de renouveler le magistrat urbain, organe à la fois administratif et judiciaire, composé ici, notamment des échevins.</p> <p>(w) (PhC 20/12/2005) <strong>pensionnaire extérieur</strong> : c'est une traduction provisoire, en attendant de voir dans l'ouvrage de Brughmans ce que cela peut être, un fonctionnaire chargé des relations extérieures de la ville, un fonctionnaire extérieur par rapport au magistrat ? (PhC 28/12/2005) L'expression « buitenpensionaris » nous a embarrassé et PW a traduit « pensionnaire [aux affaires] extérieures ». Cela a embarrassé Galesloot aussi qui précise qu'il s'agit du député de la ville aux Etats (de Brabant) (p. 151, note 1). On pourrait peut-être conserver dans le texte français, « <i>buitenpensionaris</i> » et l'expliquer en note la première fois que le mot se rencontre.</p> <p>(x) (PW 20/12/2005) C'est étonnant cette numérotation sans suite. (PhC 20/12/2005). En effet.</p> 2009-09-24T12:31:46Z text/html fr Gilbert THEYS 1994-001 JEAN JACQUES VANDE VEN, SEIGNEUR DE LATHUY ET VICOMTE DE LOUVAIN (1671-1722) (01) http://www.prcv.eu/spip.php?article142 <div class="cs_sommaire cs_sommaire_avec_fond" id="outil_sommaire"> <div class="cs_sommaire_inner"> <div class="cs_sommaire_titre_avec_fond"> Sommaire </div> <ul> <li><a title="JEAN JACQUES VANDE VEN, SEIGNEUR DE LATHUY ET VICOMTE DE LOUVAIN (1671 – 1722)" href="http://prcv.eu/spip.php?page=backend&id_rubrique=16#outil_sommaire_0">JEAN JACQUES VANDE VEN, (…)</a></li> <li><a title="A. L&#39;homme politique municipal (1704-1713)" href="http://prcv.eu/spip.php?page=backend&id_rubrique=16#outil_sommaire_1">A. L'homme politique municipal</a></li> <li><a title="1. Le Partisan Du Moulin (d)" href="http://prcv.eu/spip.php?page=backend&id_rubrique=16#outil_sommaire_2">1. Le Partisan Du Moulin (…)</a></li> <li><a title="2. Vicomte de Louvain" href="http://prcv.eu/spip.php?page=backend&id_rubrique=16#outil_sommaire_3">2. Vicomte de Louvain</a></li> <li><a title="3. Charles III devient l&#39;empereur Charles VI" href="http://prcv.eu/spip.php?page=backend&id_rubrique=16#outil_sommaire_4">3. Charles III devient (…)</a></li> </ul> </div> </div><p>cote PRCV : 1994-001 <br /><strong> <i>THEYS (Gilbert). Jan Jacques vande Ven, heer van Lathuy et burgraaf van Leuven (1671-1722).(traduction : Jean Jacques vande Ven seigneur de Lathuy et vicomte de Louvain (1671-1722). Brussel, in « De Brabantse folklore en geschiedenis » n° 281, mars 1994, pages : 3-29</i> </strong></p> <p><strong>informations techniques</strong> <br />type de support de travail : scan des pages de l'article <br />transcripteur : CULLUS Philippe <br />traducteur : CULLUS Philippe et Paul WILLOT et corrigé par l'auteur <br />La numérotation des notes de bas ne correspond pas à la numérotation de notes de bas de pages de l'article. Les commentaires de l'auteur et des traducteurs sont numérotées en petites lettres en exposant et reportés en fin de document.</p> <p><strong>commentaires sur le document</strong> <br />Gilbert Theys (Louvain, Belgique) est l'auteur de cet article publié en 1994. Ses recherches sur la maison « Van 't Sestich » à la rue de Namur à Louvain le conduisent à croiser la vie de la famille Van de Ven cohabitante de cette maison. Il poursuit avec un article sur Jean Jacques Van de Ven, sa vie politique, la défense de la ville et l'épisode de la clé en or.</p> <hr class="spip" /> <h3 class="spip" id="outil_sommaire_0"><a title="Sommaire" href="http://prcv.eu/spip.php?page=backend&id_rubrique=16#outil_sommaire" class="sommaire_ancre"> </a>JEAN JACQUES VANDE VEN, SEIGNEUR DE LATHUY ET VICOMTE DE LOUVAIN (1671 – 1722)</h3> <p>par Gilbert THEYS</p> <p><i>tiré de la revue « </i><strong>De Brabantse folklore en geschiedenis</strong><i> », Bruxelles, , n° 281, mars 1994, pages 3-29, traduit du néerlandais par Philippe CULLUS et Paul WILLOT. Les commentaires des traducteurs sont signalés en petites lettres et reportés en fin de document. La copie du texte de l'article en néerlandais est reprise à la suite de la traduction. </i><i></i><i></i>Cet article fait suite à notre publication « <strong> De families Vande Ven en Van Tilborch, zeventiende eeuwse bewoners van het Van ‘t Sestichuis in Leuven </strong><i>(traduction : Les famille Vande Ven et Van Tilborch, habitants du 17</i><i>ème</i><i> siècle de la maison Van ‘t Sestich à Louvain)</i><strong> </strong> », paru dans le numéro 277 (avril 1993), 3-26.</p> <p>Données imprimées sur J.J. Vande Ven : J. TARLIER & A. WAUTERS. <strong>Géographie et histoire des communes belges</strong>. 2, Bruxelles, 1887, 150 ; J.B. STOCKMANS. Notes biographiques sur Pierre Stockmans, jurisconsulte. L'indicateur généalogique, héraldique et biographique. Supplément, I, 7 (Bruxelles, jan., 1912), x-xi ; H. VANDERLINDEN, <strong>Ven, Venn ou Venne</strong> (Jean-Jacques van de), Biographie Nationale de Belgique, 26, (en abrégé BNB), Bruxelles, 1936-1938, col. 575 – 576 ; L. GALESLOOT. La commune de Louvain. Ses troubles et émeutes au XVIIe et au XVIIIe siècles. Leuven, 1871, 139-144, 147-156, 292-302. Ces données sont souvent inexactes ou imprécises.</p> <h3 class="spip" id="outil_sommaire_1"><a title="Sommaire" href="http://prcv.eu/spip.php?page=backend&id_rubrique=16#outil_sommaire" class="sommaire_ancre"> </a>A. L'homme politique municipal (1704-1713)</h3> <p><strong>(page 3)</strong> Baptisé le 10 avril 1671 dans l'église Saint Quentin de Louvain [<a href='#nb147' class='spip_note' rel='footnote' title='Archives de la Ville de Louvain (en abrégé SAL), registre paroissial (en (...)' id='nh147'>147</a>] Jean Jacques Vande Ven fut d'abord conseiller et substitut-bourgmestre (27 septembre 1704) [<a href='#nb148' class='spip_note' rel='footnote' title='SAL, 336, fols. 273v et 277, 27 septembre 1704. Le 24 février 1704, il était (...)' id='nh148'>148</a>], ensuite au décès de François de Stembor [<a href='#nb149' class='spip_note' rel='footnote' title='Seigneur de Houtem. Conseiller issu des lignages après la promotion à (...)' id='nh149'>149</a>], premier bourgmestre de la ville de Louvain (9 mars 1707) [<a href='#nb150' class='spip_note' rel='footnote' title='SAL, 338, fol. 16, 9 mars 1707. Archives Générales du Royaume [à Louvain] (en (...)' id='nh150'>150</a>].</p> <p>Le 3 août de la même année 1707, les deux premiers états des Etats de Brabant le choisirent comme leur receveur dans la ville et le quartier de Louvain [<a href='#nb151' class='spip_note' rel='footnote' title='ARAB, StvB, reg. 27, 3 août 1707.' id='nh151'>151</a>], un choix sur lequel le magistrat (b) de la ville de Louvain marqua son accord le 14 août [<a href='#nb152' class='spip_note' rel='footnote' title='SAL, 338, fols, 77v – 78v, 14 août 1707.' id='nh152'>152</a>]. L'accord des deux autres capitales, Bruxelles et Anvers, eut lieu respectivement le 12 et le 18 août [<a href='#nb153' class='spip_note' rel='footnote' title='ARAB, StvB, reg. 33, 8 juin 1713.' id='nh153'>153</a>]. Le 1er décembre 1707, il fut invité à commencer ce jour sa fonction de receveur en ce qui concerne les impôts ordinaires et à la Noël en ce qui concerne les aides (c). Avant qu'il n'entre en fonction, il dut d'abord déposer la caution appropriée et prêter le serment [<a href='#nb154' class='spip_note' rel='footnote' title='ARAB, StvB, reg. 27, 1er décembre 1707.' id='nh154'>154</a>]. Cette nomination ne recevrait cependant son plein effet qu'en 1713, lorsque le maïorat de J.J. Vande Ven fut achevé [<a href='#nb155' class='spip_note' rel='footnote' title='ARAB, StvB, reg. 33, 8 juin 1713.' id='nh155'>155</a>].</p> <p><strong>(page 4)</strong> En 1709, Vande Ven fit partie de la délégation des Etats de Brabant qui, à La Haye auprès des Etats de Hollande et de la Frise occidentale, devait assurer (le respect de) la Joyeuse Entrée - lors de son installation le nouveau prince jurait de respecter les anciens privilèges des Brabançons et d'être un bon dirigeant [<a href='#nb156' class='spip_note' rel='footnote' title='SAL, 338, fol. 389, 20 novembre 1709.' id='nh156'>156</a>]. Les Pays-Bas du Sud se situaient à ce moment sous la tutelle des puissances maritimes, la Grande-Bretagne et les Provinces-Unies. C'était une conséquence de la lutte pour la succession espagnole.</p> <h3 class="spip" id="outil_sommaire_2"><a title="Sommaire" href="http://prcv.eu/spip.php?page=backend&id_rubrique=16#outil_sommaire" class="sommaire_ancre"> </a>1. Le Partisan Du Moulin (d) </h3> <p>Lorsque Charles II, le dernier des Habsbourg en Espagne, mourut en 1700, Louis XIV (1643-1715) exigea la succession d'Espagne dont dépendaient les Pays-Bas du Sud, pour son petit-fils, Philippe d'Anjou. Les puissances, entre autres l'empereur d'Allemagne, l'électeur de Brandebourg, Guillaume III comme roi d'Angleterre et stadhouder(e) des Provinces-Unies, recoururent aux armes. Les Français furent défaits partout. En 1706, les Pays-Bas du Sud furent libérés et le 5 juin les Etats de Brabant jurèrent fidélité à l' autre prétendant, Charles de Habsbourg, proclamé roi d'Espagne le 12 septembre 1704 en tant que Charles III. Toutefois des bandes françaises rôdaient encore partout.</p> <p>Comme bourgmestre, Jean Jacques eut le mérite de repousser le partisan français <a href="http://prcv.eu/spip.php?breve182" class='spip_in'>Du Moulin</a>, qui dans la nuit du 4 au 5 août 1710 avec 150 dragons et environ 200 fantassins avait pénétré dans la ville et dont les troupes avaient été envoyées au pillage [<a href='#nb157' class='spip_note' rel='footnote' title='SAL., 339, fols 95v – 97v, 5 août 1710. ARAB, StvB, reg. 30, 6 août 1710. (...)' id='nh157'>157</a>]. Pour cet acte courageux, le bourgmestre de Louvain fut mandé tant à la Conférence Anglo-Hollandaise [<a href='#nb158' class='spip_note' rel='footnote' title='Celle-ci dirigeait les Flandres et le Brabant en attendant le traité de (...)' id='nh158'>158</a>] qu'au Conseil d'Etat [<a href='#nb159' class='spip_note' rel='footnote' title='La Conférence Anglo-Hollandaise de 1706 avait supprimé le Conseil Royal de (...)' id='nh159'>159</a>]. A la question de savoir ce qu'il souhaitait pour lui-même il répondit que, s'il plaisait au roi d'avoir quelque considération pour le patriotisme des citoyens/bourgeois, le mieux serait, parce qu'ils avaient défendu leur ville avec tant d'ardeur, qu'ils soient récompensés par une clé de la ville [<a href='#nb160' class='spip_note' rel='footnote' title='SAL, 339, fols. 99-100v, 10 août 1710.' id='nh160'>160</a>].</p> <p>Quelques jours plus tard – le 18 août vers huit heures du matin – Du Moulin fut à nouveau signalé dans les environs de Louvain. Cette fois, il s'empara de deux bourgeois louvanistes à l'extérieur de la porte de Tirlemont – néanmoins pourvus de passeports valables – et les emmena avec lui à <strong>(page 5)</strong> Namur, dont le commandant de cette ville, le comte de Salians [<a href='#nb161' class='spip_note' rel='footnote' title='Au service de l'électeur de Bavière, Maximilien Emmanuel, qui avait perdu sa (...)' id='nh161'>161</a>] les retint prisonniers [<a href='#nb162' class='spip_note' rel='footnote' title='Dans une lettre au pensionnaire des Etats de Brabant Vanden Broeck, le (...)' id='nh162'>162</a>].</p> <p>Par sa lettre missive du 5 septembre 1710, fut décernée par le roi en son Conseil d'Etat, à la Ville de Louvain, une clé de la ville en or. Celle-ci fut, le 7 septembre, remise au magistrat louvaniste. Cette clé serait dorénavant portée en procession à chaque kermesse par le pensionnaire (f) de la ville [<a href='#nb163' class='spip_note' rel='footnote' title='SAL, 546. SAL, 339, fol. 114 et fols 115 - 116' id='nh163'>163</a>]. La question des deux citoyens louvanistes qui étaient retenus prisonniers à Namur occupa pas mal le bourgmestre Vande Ven. Régulièrement, il rendit compte de ses démarches devant le conseil de Louvain. Immédiatement après l'incident, il le porta à la connaissance tant du Conseil d'Etat que des Etats de Brabant [<a href='#nb164' class='spip_note' rel='footnote' title='ibidem' id='nh164'>164</a>]. Il était allé lui-même au camp de l'armée devant la ville de Aire [<a href='#nb165' class='spip_note' rel='footnote' title='Près de la ville de Saint-Omer. Sous les ordres du duc de Marlborough, du (...)' id='nh165'>165</a>] chez les chefs d'armée, le duc de Marlborough et le prince Eugène de Savoie [<a href='#nb166' class='spip_note' rel='footnote' title='SAL, 339, fols. 134v – 137v, 29 octobre1710.' id='nh166'>166</a>]. A la session du Conseil de Louvain du 20 décembre 1710, une commission fut constituée des 2 bourgmestres, 2 échevins, 4 conseillers et du pensionnaire de la ville pour mettre en œuvre tout ce qui pourrait contribuer à la libération des prisonniers [<a href='#nb167' class='spip_note' rel='footnote' title='SAL, 339, fol. 183, 20 décembre 1710' id='nh167'>167</a>]. Dans la session du Conseil du 12 janvier 1711, les commissaires reçurent mission de solliciter aussi bien auprès des Etats de Brabant, qu'auprès du Conseil d'Etat et que là où cela leur semblerait opportun, l'indemnité des prisonniers ; de faire tout leur possible pour que les habitants tant de la ville que de la « cuve [<a href='#nb168' class='spip_note' rel='footnote' title='Le territoire où la direction de la ville exerce son influence. Cela (...)' id='nh168'>168</a>] », qui étaient pourvus de papiers adéquats, ne soient plus retenus comme prisonniers et cela tant en vue de réparer ce qui était arrivé qu'en vue d'assurer la sécurité de l'avenir [<a href='#nb169' class='spip_note' rel='footnote' title='SAL, 339, fol. 194v, 12 janvier 1711' id='nh169'>169</a>].</p> <p><strong>(page 6) </strong>Aux Etats de Hollande fut envoyé le 4 février 1711 par le magistrat de la ville de Louvain une lettre au sujet des Louvanistes retenus prisonniers à Namur.Après un récit de ce qui s'était passé l'été dernier, le magistrat argua que la détention des deux bourgeois fut en contradiction avec les articles 5 et 7 du traité de contribution entre les Etats de Brabant et la France [<a href='#nb170' class='spip_note' rel='footnote' title='A condition que les Etats de Brabant paient à la couronne de France 432 000 (...)' id='nh170'>170</a>] La lettre racontait plus loin comment les Etats de Brabant avait accordé à leur greffier de se présenter officiellement comme caution au comte Salians pour tout ce dont les citoyens prisonniers pouvaient être accusés. En vain cependant. Au contraire, le régime pénitentiaire fut encore alourdi. Lorsque les Etats de Brabant et le magistrat de Louvain s'aperçurent que leurs exigences légitimes avaient été refusées, ils avaient prié le bourgmestre de Louvain d'aller vers l'armée pour y implorer l'indispensable protection du duc de Marlborough et de la députation des Etats de Hollande en campagne, ce qui n'avait rien donné non plus. Bourgmestres, échevins et conseillers avaient confiance que les Etats de Hollande désavoueraient de tels faits manifestes et qu'ils emploieraient les moyens adéquats pour mettre fin à cette situation [<a href='#nb171' class='spip_note' rel='footnote' title='SAL, 339, fols. 211v – 217, 4 février 1711.' id='nh171'>171</a>].</p> <p>Au magistrat de la ville de Louvain, il fut exposé le 6 avril que le renouvellement du traité de contribution était imminent et qu'à coté du Sieur Pesters, délégué des Etats de Hollande [<a href='#nb172' class='spip_note' rel='footnote' title='Pensionnaire de Maastricht et directeur des impôts pour les Etats Généraux (...)' id='nh172'>172</a>], les députés des Etats de Brabant partiraient très prochainement pour traiter du sujet avec l'intendant de la France. Sur ce, le Conseil décida au nom de la Ville de déléguer le premier bourgmestre J.J. vande Ven pour se rendre aux côtés des députés de Brabant et de Hollande à l'endroit où il serait négocié à ce sujet. Surtout, il aurait à donner les preuves du tort qui avait été causé à la ville de Louvain l'été passé par le partisan Du <strong>(page 9)</strong> Moulin en la personne des deux citoyens de Louvain retenus prisonniers dans la ville de Namur. Il devrait aussi demander réparation de cette injustice [<a href='#nb173' class='spip_note' rel='footnote' title='SAL, 339, fols. 248v – 249v, 6 avril 1711.' id='nh173'>173</a>].</p> <p><strong>(page 7)</strong> Illustration n° 1. Les armes de la famille Van de Ven (L. DUERLOO, o.c., 10)</p> <p><strong>(page 8)</strong> Illustration n° 2. Les armes du vicomte J.J. Van de Ven (J. DUERLOO , o.c., 10)</p> <p>Les deux bourgeois de Louvain prisonniers, Michel Van Rymenant et Guillaume Verhoeven, maîtres-brasseurs, durent payer chacun au comte de Salians une rançon de 1 000 pattacons et aussi, chacun, 748 ½ pattacons pour leur nourriture et boisson et celles des officiers qui les avaient gardés. Ces sommes leur seraient remboursées par les Etats de Brabant [<a href='#nb174' class='spip_note' rel='footnote' title='ARAB, StvB, reg. 31, 7, 11 et 21 mars, 29 avril et 17 juillet 1711. Le (...)' id='nh174'>174</a>].</p> <h3 class="spip" id="outil_sommaire_3"><a title="Sommaire" href="http://prcv.eu/spip.php?page=backend&id_rubrique=16#outil_sommaire" class="sommaire_ancre"> </a>2. Vicomte de Louvain</h3> <p>Par lettres patentes du 5 mai 1711 envoyées de Barcelone, Jean Jacques Vande Ven fut nommé vicomte de Louvain par Charles III. Le roi était plein de louanges à propos de la conduite courageuse du premier bourgmestre lors de la prise de Louvain par Du Moulin l'année précédente [<a href='#nb175' class='spip_note' rel='footnote' title='ARAB, Chancellerie Autrichienne des Pays-Bas, 769, fols. 54v – 59v. (...)' id='nh175'>175</a>].</p> <h3 class="spip" id="outil_sommaire_4"><a title="Sommaire" href="http://prcv.eu/spip.php?page=backend&id_rubrique=16#outil_sommaire" class="sommaire_ancre"> </a>3. Charles III devient l'empereur Charles VI</h3> <p>Par la mort de son frère l'empereur Joseph Ier (17 avril 1711), Charles III d'Espagne devint maintenant aussi empereur du Saint Empire Romain en tant que Charles VI. Le bourgmestre Vande Ven fit partie de la délégation qui fut envoyée de la part des Etats de Brabant à Francfort pour y assister le 6 janvier 1712 au couronnement du nouvel empereur [<a href='#nb176' class='spip_note' rel='footnote' title='SAL, 339, fol. 328, 23 octobre 1711 ; fol. 345v, 8 novembre 1711 ; fol. (...)' id='nh176'>176</a>]. A son retour, il présenta au magistrat de la ville de Louvain une lettre dans laquelle l'empereur disait que la confirmation des privilèges accordés au Brabant par ses prédécesseurs lui tenait fort à coeur [<a href='#nb177' class='spip_note' rel='footnote' title='SAL, 340, fol. 8, 1 février 1712.' id='nh177'>177</a>].</p> <p>Avec l'élection de Charles III comme empereur, l'empire mondial de Charles-Quint était rétabli et l'équilibre en Europe rompu. Les négociations de paix débutèrent. Le bourgmestre fit partie de la délégation des Etats de Brabant qui, à Utrecht, prit part aux négociations de paix.</p> <p>D'Utrecht, il écrivit au magistrat de la ville de Louvain au sujet des résolutions prises par les Etats de Brabant les 7 et 10 mars 1713 qui lésaient la ville la ville de Louvain dans ses anciens droits. Deux citoyens de Louvain, Arnaud Cansmans et François Rullens avaient été faits prisonniers le 2 janvier 1713 par des militaires, contrairement aux privilèges brabançons, enfermés et de là conduits à Bruxelles où ils <strong>(page 10) </strong>étaient toujours enfermés. Le magistrat de la ville de Louvain avait réagi dès le 4 mars avec une résolution magistrale. Maintenant, le 11 avril 1713, le premier bourgmestre fut appelé à faire de son mieux pour que Louvain soit rétabli dans ses anciens droits. Pour pouvoir juger en toute impartialité, le bourgmestre demanda copie des pièces. Il ferait connaître son opinion à la prochaine réunion du magistrat de la ville [<a href='#nb178' class='spip_note' rel='footnote' title='SAL, 340, fol. 267v, 11 avril 1713. ARAB, StvB, reg. 33, 4 février et 9 mars (...)' id='nh178'>178</a>].</p> <hr class="spip" /> <p>Commentaires et questionnement</p> <p>GT = Gilbert Theys. HdC = Henri de Chaignon. PhC = Philippe Cullus. PW = Paul Willot. YC = Yves Clert.</p> <p>(a) (PhC 17/12/2005) Les <strong>lignages</strong> sont en quelque sorte une noblesse urbaine, une sorte d'aristocratie (auto-proclamée !) qui au fil des temps occupe les principaux postes dirigeant les villes importantes de nos régions (on trouve un phénomène semblable en Italie du Nord au moyen âge, comme dans le cas des Capulets et des Montaigus) et en écarte les hommes issus du petit peuple.</p> <p>(b) (PhC 17/12/2005) 'le <strong>magistrat</strong>' de la ville, c'est l'ensemble de son pouvoir exécutif (par exemple le bourgmestre et les échevins). (GT 17 janvier 2006) Biffer « bourgmestre et échevin » = situation actuelle. La formule est « maïeur et échevins » (meier ende scepenen).</p> <p>(c) (PhC 17/12/2005) Les <strong>aides</strong> sont une des formes de l'impôt.</p> <p>(d) (PhC 28/12/2005) GT utilise <strong>Du Moulin</strong>. Vande Ven utilise Desmoulins. Galesloot utilise « le partisan Desmoulin ». L. GALESLOOT, o.c., 143. (PW) La Biographie Nationale parle de Dumoulin. Biographie Nationale, 1878, VI, 312-313.</p> <p>(e) (PhC 17/12/2005) '<strong>Stathouder</strong>' est généralement préféré à 'stadhouder', parce que cela n'a rien à voir avec le mot stad=ville. Le stathouder est un 'tenant lieu', donc un lieutenant, du souverain, au nom de qui il gouverne. Dans le cas des Provinces-Unies, on est en pleine fiction, puisque le roi d'Espagne n'y a plus aucun pouvoir, mais le titre est resté, de même que les Hollandais continuent à chanter le 'Willelmus' dans lequel ils se déclarent fidèles sujets du roi d'Espagne ! Traduire par le mot 'chef' reflète une réalité, mais dans un texte historique on pourrait préférer le terme spécifique propre aux Provinces-Unies. Enfin, puisque l'Auteur écrit dans son texte 'stadhouder', je m'incline pour cette orthographe. (GT 17 janvier 2006) Stathouder : tenant lieu. Vous avez raison ; le néerlandais n'est pas le français.</p> <p>(f) (PhC 17/12/2005) Copié du Dictionnaire d'histoire de Belgique, éd. Hervé Hasquin : « <strong>Pensionnaire</strong> : Haut fonctionnaire, appelé à certains endroits greffier, secrétaire, clerc juré, qui remplissait les fonctions de conseiller juridique et de secrétaire auprès des autorités urbaines ou régionales. Si un tribunal était attaché à ces institutions, il préparait et conduisait les affaires judiciaires et rédigeait les sentences, lesquelles souvent étaient entièrement reprises par le magistrat. Son nom provient du fait qu'il recevait une pension ou un traitement. L'origine de cet office remonte à la période bourguignonne, où les magistrats nommaient un avocat de la ville. A cause de la permanence de leur office et du changement annuel des échevins, les pensionnaires eurent une grande influence sur les décisions des magistrats. Ils étaient au courant des précédents, gardaient les archives et connaissaient à fond les lois et les coutumes. Normalement, ils étaient diplômés en droit. Ils étaient les porte-parole de leur administration, rédigeaient les requêtes et étaient toujours délégués aux pourparlers politiques. Les plus compétents pouvaient être promus aux conseils collatéraux et provinciaux. On rencontre parfois des dynasties de pensionnaires. Vers la fin de l'Ancien Régime, ces fonctionnaires étaient nombreux : Bruxelles possédait 8 pensionnaires, secrétaires et greffiers, tous juristes, Gand en avait 15, Mons 6. Tout en étant de vrais intellectuels, au courant du mouvement des idées, ils constituaient plutôt une puissance conservatrice. Au XVIIIe siècle, le gouvernement tâchera de réduire leur nombre et - dans certaines administrations provinciales - de ne les faire nommer que pour une période de trois ans. Il y eut aussi des pensionnaires auprès des Etats provinciaux puis des Etats généraux. Leur origine et leur rôle sont à comparer à ceux des pensionnaires urbains : ce sont les avocats, les conseillers juridiques, voire les porte-parole des Etats. »</p> <p>(g) (PhC 17/12/2005) <strong>Maximilien Emmanuel</strong> 'a perdu sa cause' n'est peut-être pas la meilleure traduction. On pourrait aussi dire 'son affaire'. Il faut savoir pour cela que, du vivant du roi d'Espagne Charles II, il avait espéré, avec l'aide de l'Empereur, du roi d'Angleterre et des Provinces-Unies, la succession d'Espagne, soit pour lui, soit pour son fils. Quand Louis XIV réussit à imposer son petit-fils Philippe d'Anjou, Maximilien-Emmanuel, qui n'a donc pas bénéficié d'un soutien suffisant de ses alliés, change de camp, se rallie à Louis XIV qui le nomme gouverneur-général des Pays-Bas pour dix ans, avec pour résultat que ses anciens alliés sont devenus ses ennemis. Tout cela est expliqué (mais c'est très compliqué) dans le dernier livre d'Hervé Hasquin, 'Louis XIV face à l'Europe du Nord'. Hervé Hasquin a fait récemment – ou fera ? – une conférence sur l'importance de la bataille de Ramillies.</p> 2009-09-24T12:20:02Z text/html fr Gilbert THEYS 1905-003 LE TITRE DE VICOMTE http://www.prcv.eu/spip.php?article137 <p>cote PRCV : 1905-003 <br /><i> <strong>Archives de la famille de Chaignon, Auxerre, sans cote, 12 pages.</strong> </i></p> <p><strong>commentaires sur le document</strong> <br />Berthe Bouzerand, la grand-mère d'Henri de Chaignon, a écrit à la fin du XIXème et au début du XXème siècle une trentaine de cahiers dans lesquelles elle raconte l'histoire de la famille telle que le lui a rapporté la tradition orale. Un chapitre est consacré au titre de Vicomte hérité de <a href="http://prcv.eu/spip.php?breve25" class='spip_in'>Jean Jacques Van de Ven</a>. Ce n'est pas une source brabançonne mais il m'a paru intéressant de faire écho à la tradition familiale. <br />A noter que la version de Berthe Bouzerand du diplôme de Charles VI comporte (page 4 ligne 1) le mot "Noble" accolé au nom de Jean Van de Ven terme qui ne se trouve pas dans la version de la <a href="http://prcv.eu/spip.php?article127" class='spip_in'>lettre patente</a> que nous possédons par ailleurs.</p> 2009-09-21T11:00:42Z text/html fr Paul WILLOT